Les enjeux de la dématéria­lisation des titres-restaurants

Porte-monnaie électronique par Jamel Azzouz

Les sociétés de paiement électronique vont entrer de plain-pied sur le marché des titres-restaurants (5,5 milliards d’euros, 3,5 millions de salariés uti­lisateurs). Après deux ans de discussions tendues entre les opérateurs de la distribution des titres-repas émis sur support papier (Chèque Déjeuner, Sodexo, Edenred, Natixis) et les futurs entrants que sont Moneo-Resto (règlement par carte type bancaire) et Resto Flash (paiement par smartphone), le gouvernement a en effet tranché le 7 mars dernier, via la publication au Journal officiel d’un décret fixant les règles en matière de dématérialisation.

RESTRICTIONS POUR L’UTILISATION DES TITRES

Les titres-restaurants pourront « être émis sur support papier ou sous forme dématérialisée » dès le 2 avril prochain, précise le texte. En version numérique, la dé­pense journalière sera plafonnée à 19 euros, soit l’équivalent du montant moyen de deux titres-restaurants papier.

Quel que soit leur support, ces titres ne pourront plus être utilisés le dimanche et les jours fériés par les salariés ne travaillant pas ces jours-là. « On ne s’est pas opposés au principe de la dématérialisation », indique Patrick Privat, qui, au nom de FO, a rendu un avis positif sur le sujet au niveau de l’Agence centrale des organis­mes de Sécurité sociale. Ses réserves ont porté sur le plafond quotidien et les res­trictions quant à l’utilisation des titres. Car, explique-t-il, « qu’on le déplore ou non, le titre-repas est devenu un élément important du pouvoir d’achat des salariés ». Un avantage annuel égal à un treizième mois pour un salarié payé au Smic, selon Jean-Michel Reynaud (FO), président de la Commission nationale des titres-restaurants.

Jamel Azzouz Journaliste

Sur le même sujet

FO écrit à la ministre du Travail pour que soit garanti aux télétravailleurs le droit aux titres restaurants

Communiqué de FO par Béatrice Clicq, Secteur Numérique, Organisation du Travail, Economie sociale et solidaire

Le 10 mars dernier, le tribunal judiciaire de Nanterre a refusé le bénéfice des titres restaurant à des télétravailleurs considérant qu’ils ne seraient pas dans une situation comparable à celle des salariés travaillant sur site qui n’ont pas accès à un restaurant d’entreprise et auxquels sont remis des titres restaurants.