Lutter contre le surprésentéisme

Force Com n°72 - Mars 2004 par Postes et Télécommunications

Le surprésentéisme en entreprise, dans l’acception la plus stricte du terme, est le fait d’être trop présent en entreprise. Cela consiste à travailler même quand son état de santé est dégradé et exigerait un arrêt maladie.
ll désigne également le fait d’effectuer des heures supplémentaires sans être payé. En France il concernerait plus de 50 % des salariés. L’entreprise a tendance à percevoir les horaires de travail à rallonge comme un gage d’efficacité et à le valoriser.

Un salarié qui part toujours a l’heure du travail sera moins bien évalué

Le présentéisme est de plus en plus dénoncé par les cadres d’entreprises : ces derniers culpabilisent de quitter le bureau a l’heure, en raison de la pression exercée par la hiérarchie. Officiellement, rien ne les empêche de partir ; dans les faits ils n’osent pas le faire de peur de se faire mal voir. Ils sont nombreux sont a s’en plaindre.

Certains cadres se sentent obligés d’arriver à 7 heures le matin et de repartir à 20 heures le soir pour montrer qu’ils sont tout le temps disponibles. Tous font les frais de cette mentalité. Dans d’autres pays comme en Europe du Nord par exemple, rester aussi longtemps au travail est synonyme d’inefficacité : cela trahit une incapacité à s’organiser.

Même si c’est officieux, on sait que le surprésentéisme est pris en compte dans les évaluations annuelles.

Quelqu’un qui part toujours a l’heure aura un rapport d’évaluation moins bon que la personne aux horaires a rallonge, ce qui influencera toute sa carrière.

Le problème touche encore plus les femmes que les hommes, parce que ce sont elles qui gèrent la vie de famille. Leurs collègues masculins ont plus de facilité a se réunir le soir, en dehors des horaires de bureau et au cours de ces réunions informelles, les idées fusent, des décisions sont parfois prises, et elles excluent la salariée absente.

Le surprésentéisme met la santé en danger

Nombreux sont les salariés qui refusent de s’arrêter et qui mettent ainsi leur santé en danger. Ignorer les premiers signaux de la maladie revient a s’exposer a des symptômes plus importants. Venir travailler plus de cinq fois dans l’année tout en étant malade augmente le risque de connaître un arrêt maladie supérieur à 30 jours dans les années qui suivent.

De nombreuses études médicales ont pointé les effets nocifs du surprésentéisme, surtout quand il est fréquemment pratiqué. Il peut notamment conduire a des accidents de santé tels qu’un infarctus. Les personnes atteintes de problèmes cardiaques ont par exemple deux fois plus de « chances » de subir une attaque dans les trois années a venir si elles n’ont pas bénéficié d’un arrêt maladie.

Plus généralement, on observe chez les surprésentéistes une dégradation progressive de leur niveau de santé. L’absence de convalescence crée de l’épuisement, ce qui les conduit a puiser encore plus dans leurs ressources pour faire face a la charge de travail. Un cercle vicieux se met ainsi en place et le surprésentéisme crée, a moyen terme, un surcroît d’absentéisme.

Dans les cas les plus graves, le surprésentéisme se fait l’antichambre du burn-out, c’est—a-dire d’un épuisement a la fois psychique, émotionnel et mental. Le « bourreau de travail » ne peut pas ou ne veut pas écouter les symptômes qui surviennent... jusqu’au jour où il craque.

Certaines personnes ayant travaillé des années sans relâche n’en payent parfois le prix qu’en fin de carrière. Les accidents cardiovasculaires qu’ils connaissent ne sont certainement pas étrangers au train de vie mené précédemment.

Le surprésentéisme coûte très cher a l’individu qui se met en danger, a l’entreprise et au final, a la société en général. La sécurité sociale a versé l’an dernier 8,77 milliards d’euros en indemnités journalières.

 Voir en ligne  : FO Com - Site Internet

Postes et Télécommunications Secrétaire général

Sur le même sujet

Hyperstressés : 24% des salariés français

Le chiffre de la semaine par Michel Pourcelot

24% des salariés Français sont dans un état d’hyperstress, c’est-à-dire « à un niveau de stress trop élevé et donc à risque pour leur santé », selon les résultats, dévoilés en novembre dernier, de l’Observatoire du Stress au Travail, l’OST, établi par le cabinet en conseil en bien-être et santé au travail Stimulus, créé par l’un des deux auteurs du rapport de l’Académie nationale de médecine sur le « burn out », le Dr Patrick Légeron.

La santé au travail une priorité

Force Com par Postes et Télécommunications

Depuis 2003, à l’initiative de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), la journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail est organisée, chaque année, le 28 avril. Elle est l’occasion de mettre en lumière des enjeux souvent sousestimés. Chez Orange, de nombreux risques classiques sont (...)

Les pressions se multiplient pour la reconnaissance du burn-out

Prévention par Mathieu Lapprand

La mission chargée par le ministre du Travail de « clarifier ce que recouvre le burn-out dans l’objectif de donner des recommandations pour mieux prévenir ce syndrome », rendra son rapport dans quelques jours. Entre parlementaires et médecins du travail, les pressions et les démarches visant à (...)

FO se mobilise à Orange

28 avril 2014 « Journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail » par Postes et Télécommunications

Depuis 2003, chaque année le 28 avril, l’Organisation Internationale du Travail a entrepris d’observer une « Journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail » en mettant l’accent sur la prévention des accidents du travail et maladies professionnelles.
Pour le syndicat Force Ouvrière (FO COM) du (...)