L’avenir de 60 millions de consommateurs est menacé

Médias par Clarisse Josselin

60 millions de consommateurs, magazine de service public, est dans le collimateur du gouvernement. Après quarante-quatre ans d’existence, son édition ne fait plus partie des missions de l’Institut national de la consommation (INC), d’après le projet de contrat d’objectifs 2014-2018 présenté le 16 juin à la direction.

Les deux entités sont pourtant interdépendantes. En 2013, le budget de l’INC était de 13 millions d’euros, dont 8,5 millions issus du magazine. La subvention de l’État, qui a été divisée par trois en vingt ans, ne représentait plus que 5,6 millions d’euros. Entre la vente de 130 000 exemplaires mensuels et la facturation d’expertises et d’essais, le journal finance en grande partie l’établissement public.

RISQUE DE PRIVATisaTION

« Cette exclusion laisserait par ailleurs augurer du rachat de 60 millions de consommateurs par un groupe privé, ce qui marquera la fin de la seule revue consumériste française indépendante vis-à-vis de tout intérêt autre que celui du consommateur », s’alarme l’association FO des consommateurs (AFOC) dans un commu-
niqué.

Un projet de filialisation du journal en vue d’une privatisation avait déjà été évoqué en 2011, puis abandonné face à la levée de boucliers. Le 25 juin, la nouvelle secrétaire d’État à la Consommation, Carole Delga, ministre de tutelle, a assuré aux salariés qu’aucune décision n’avait encore été prise et que le dialogue restait ouvert.

L’AFOC, pour qui cette mesure porterait atteinte à l’information et à la défense des consommateurs, craint même à terme la suppression de l’INC. Elle appelle le gouvernement à donner toutes les garanties pour le maintien du magazine dans les missions de l’Institut.

 Voir en ligne  : AFOC - Associations FO Consommateurs - Site

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Stop aux lingettes dans les WC

Consommation par AFOC

Les systèmes d’assainissement dans les stations d’épuration reçoivent de plus en plus de produits non biologiques à l’origine de dysfonctionnements sur le réseau. Les lingettes jetées dans les WC en sont en partie responsables : elles bouchent les canalisations, bloquent les pompes de refoulement et (...)