Pour le respect de la justice et de l’Action Sociale

Communiqué de la FGTA-FO par FGTA-FO

Dans un communiqué d’une rare violence en date du 13 juin 2014, l’AFASEC (Association de Formation et d’Action Sociale des Écuries de Courses, qui forme et accompagne les salariés des écuries de courses) se pose en victime de la propagande syndicale et quali-fie les faits qui lui sont reprochés de « con-flits individuels » alors que le tribunal évoque le harcèlement et l’entrave au fonctionnement du CHSCT.

L’Union départementale FO de l’Oise n’a, dans son communiqué, fait que rendre état de la décision de Justice rendue par le tribunal correctionnel de Senlis.

En qualifiant de mensonger et d’inacceptable ces propos, la direction a choisi de nier la réalité, de nier les fondements d’une décision rendue par la Justice, et de nier la légitimité de l’action syndicale.

Que la direction fasse appel de cette décision est son droit. Toutefois, ce n’est pas parce que la décision rendue en première instance ne lui convient pas qu’elle peut se permettre une telle communication.

La FGTA-FO soutiendra le syndicat FO de l’AFASEC et les salariés qui ont estimé légitime de se porter partie civile.

Quelle que soit la décision rendue par la cour d’appel, elle sera respectée par FO. C’est ce respect qui permettra de ramener un climat de travail serein et apaisé, ce respect dont la direction aurait bien fait de s’inspirer dès 2006.

Dans un communiqué d’une rare violence en date du 13 juin 2014, l’AFASEC (Association de Formation et d’Action Sociale des Écuries de Courses, qui forme et accompagne les salariés des écuries de courses) se pose en victime de la propagande syndicale et quali-fie les faits qui lui sont reprochés de « conflits individuels » alors que le tribunal évoque le harcèlement et l’entrave au fonctionnement du CHSCT.

L’Union départementale FO de l’Oise n’a, dans son communiqué, fait que rendre état de la décision de Justice rendue par le tribunal correctionnel de Senlis.

En qualifiant de mensonger et d’inacceptable ces propos, la direction a choisi de nier la réalité, de nier les fondements d’une décision rendue par la Justice, et de nier la légitimité de l’action syndicale.

Que la direction fasse appel de cette décision est son droit. Toutefois, ce n’est pas parce que la décision rendue en première instance ne lui convient pas qu’elle peut se permettre une telle communication.

La FGTA-FO soutiendra le syndicat FO de l’AFASEC et les salariés qui ont estimé légitime de se porter partie civile.

Quelle que soit la décision rendue par la cour d’appel, elle sera respectée par FO. C’est ce respect qui permettra de ramener un climat de travail serein et apaisé, ce respect dont la direction aurait bien fait de s’inspirer dès 2006.

 Voir en ligne  : FGTA-FO - Site internet

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Sur le même sujet

La Loi Macron sous l’angle du handicap

Journal Employés et Cadres mensuel n° 76 par Employés et Cadres

La Loi Macron est un ensemble de mesures qui vise à déréglementer et à supprimer de nombreux droits. Il est donc impossible en quelques lignes d’en faire une lecture critique exhaustive. Je souhaite relever pour ma part les principales conséquences de cette loi en matière de droit des handicapés. (...)

Burn-out, des constats mais encore peu de mesures

Risques psychosociaux par Nadia Djabali

Le syndrome d’épuisement professionnel ou burn-out pourra-t-il enfin être classifié en maladie professionnelle ? Pas si simple. D’abord parce que sa définition souffre de contours mal définis rendant mal aisé une prise en charge efficace. Un rapport parlementaire présenté le 15 février, pointe le manque de reconnaissance de ce syndrome lié à l’activité professionnelle.

En grève ce 22 mai, les fonctionnaires invitent les usagers à les rejoindre dans la défense des services publics

Fonction publique par  Valérie Forgeront

A travers une grève nationale ce 22 mai et des manifestations sur tout le territoire (130 cortèges prévus dont celui, parisien qui ira à partir de 14 heures de République à Nation via Bastille) les agents publics comptent faire entendre leur opposition aux mesures de réformes déjà appliquées à la fonction publique et aux réformes encore à l’état de projet.