L’acte d’achat n’est pas un acte culturel

Communiqué de la Section fédérale du Commerce - FEC FO par Employés et Cadres

Tous les moyens sont bons aux membres du gouvernement (le Ministre des Affaires étrangères, la Ministre de la Culture…) pour essayer de convaincre les Français, que l’ouverture de tous les magasins le dimanche serait une réponse à l’emploi, à la crise et maintenant à une transformation de l’acte d’achat le dimanche en acte culturel.

Les déclarations de la Ministre de la Culture : « Pour ce qui relève de la culture, le fait qu’il y ait des librairies ouvertes le dimanche c’est une très bonne chose, [comme] le fait qu’il y ait des cinémas [ouverts], on n’imagine pas des cinémas fermés le dimanche… » sont on ne peut plus étranges.

Pour FO, le bon sens veut que pour lire le livre « 12 years a slave », le dimanche, on peut l’acheter à n’importe quel moment de la semaine (en dehors du dimanche).

Par contre, si l’on souhaite voir le film « 12 years a slave », en famille le dimanche au cinéma, l’acte d’achat du billet et l’acte culturel d’aller au cinéma se font le même jour. Attention à ne pas masquer les risques par des effets de communication. Comme toujours, les ouvertures du dimanche se font au bénéfice des grandes enseignes qui ont les moyens d’ouvrir 7 jours sur 7 au détriment des PME et TPE qui disparaissent du fait de cette concurrence déloyale.

Il ne faudrait pas développer des postes de travail précaire, au Smic à temps partiel, le dimanche, en mettant en concurrence les salariés entre eux pour afficher du chiffre. Au final, c’est la paupérisation.

Avec plus de 5 millions de chômeurs, préserver et développer l’emploi devraient être les priorités gouvernementales, en particulier quand il est en CDI à temps plein pour permettre à chacun de vivre de son travail avec un vrai salaire.

La défense du Repos Dominical le permet.

 Voir en ligne  : FEC FO - Site internet

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

Travail dominical : manipulation des chiffres pour une régression en marche

Emploi par Nadia Djabali

Vingt-deux députés LREM ont demandé l’intégration dans la loi Pacte d’un volet concernant le travail dominical. Ils souhaitent que le nombre de dimanches travaillés passent de 12 à 26 par an, c’est-à-dire à un dimanche sur deux, et ce dans tous les commerces. FO rappelle que le travail dominical doit rester dérogatoire et exceptionnel.