La Sécurité sociale devra trouver 21 milliards d’euros entre 2015 et 2017

Santé par Valérie Forgeront, journaliste L’inFO militante

Le Premier ministre, Manuel Valls, vient d’annoncer les grandes lignes des efforts qui seront demandés à la Sécurité sociale... Ils sont colossaux et sans précédent.

À l’évidence, la Sécurité sociale et les assurés sociaux comptent parmi les cibles actuelles du gouvernement qui cherche à abaisser encore le coût du travail et à réduire les déficits publics. Celui-ci demande à la Sécurité sociale des efforts qui se chif­frent à 21 milliards d’euros au total entre 2015 et 2017. Dans le cadre du pacte de responsabilité, l’assurance-ma­ladie est ainsi invitée à réduire ses dépenses de 10 mil­liards d’euros en trois ans... Cela alors que les dépenses de gestion du régime général s’élèvent à 10 mil­liards par an, que l’assurance-mala­die réduira déjà ses dépenses de 2,9 mil­liards cette année et que le remplacement de 4 800 agents partant en retraite est d’ores et déjà gelé pour 2014, par exemple. La Sécurité sociale devra aussi trouver d’autres réductions de dépenses à hauteur de 11 milliards. Pour le Secrétaire général de la confé­dération FO, Jean-Claude Mail­ly, tout cela est inquiétant car « à la fois on fragilise les financements et on réduit les dépenses » de la Sécurité sociale.

Le 8 avril, le Premier ministre a en effet annoncé la mise en place en 2015, puis 2016, d’allégements de cotisations, notamment patronales.

Des prestations supprimées ?

Si le gouvernement promet de compen­ser le manque à gagner dans les caisses de la Sécu, pour l’instant il ne dit pas comment. Quant aux 11 milliards d’économies demandés à la Sécurité sociale, le Premier ministre n’en détaille pas l’ori­gine mais lance des pistes. Par une « mise en cohérence et une meilleure lisibilité de notre système de prestations », ou par des économies de dépenses sur les coûts de « gestion des caisses de Sécurité sociale ». Autre piste possible : « tra­vailler » sur la chirurgie ambulatoire ou encore « restructurer l’offre de soins hospitaliers », cela alors que l’hôpital public a déjà réduit ses dépenses de 650 millions en 2013 et qu’il devra les abaisser de près de 600 mil­lions cette année. En fait, le gouvernement feint de croire qu’il est possible de réaliser 21 mil­liards d’économies en trois ans sans tailler dans les prestations, mais il est bien incapable d’expliquer comment.

D’où un soupçon grandissant chez les observateurs les plus aguerris. « Comment peut-on aujourd’hui réduire les dépenses de la Sécurité sociale sans supprimer ou diminuer les prestations ? », interroge Jean-Claude Mailly, s’indignant d’une possibilité de toucher « à la couverture sociale pour tous les citoyens ».

Sur le même sujet

Hôpitaux : vers la suppression de 22 000 postes !

Communiqué de la Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé FO par Services publics et de Santé

Dans un vaste plan d’économies de 3 milliards appliqué aux hôpitaux d’ici 2017, le Ministère de la Santé veut économiser l’équivalent de 22 000 postes grâce à la « maîtrise des effectifs et de la masse salariale des hôpitaux ».
Un communiqué du 11 février 2015 de la fédération FO dénonçait ce plan (...)

Journée de grève interprofessionnelle du 9 avril 2015 : « L’amélioration du Service public passe par la fin de l’austérité »

Déclaration des organisations syndicales de la Fonction publique par FO Fonctionnaires

Dans un contexte de crise sociale et d’inquiétudes fortes dans la société notamment dans les domaines de l’emploi, des salaires, de la protection sociale et de l’avenir des services publics, les agents de la Fonction publique sont des éléments décisifs pour renforcer les solidarités, développer la (...)