Sécurité alimentaire européenne : toujours en zone de conflits

OURS EN ZONE DE CONFLITS par Michel Pourcelot

Comme les paradis fiscaux, les conflits d’intérêts dans les agences de sécurité sanitaire européennes semblent avoir une fâcheuse tendance à perdurer, alors qu’ils sont censés avoir officiellement disparu. Comme à l’Autorité européenne de sécurité des aliments, l’Efsa, dont certains des plus éminents membres ont été accusés de liens avec l’industrie agroalimentaire. Pourtant, en octobre 2011, la Commission européenne avait reconnu la nécessité, après un audit interne accablant, de renforcer l’indépendance de ces agences, dont notamment l’Efsa. Sous une pression grandissante à la suite de plusieurs scandales, cette dernière avait consenti, en mars 2012, à réformer ses règles de prévention des conflits d’intérêts, puis à les mettre en vigueur le 1er juillet 2012. Efficaces ? On peut en douter. Octobre 2013 : des conflits d’intérêts concerneraient encore 59% de ses experts scientifiques, soit 122 sur 209, selon les conclusions d’une étude publiée par l’Observatoire de l’Europe industrielle (CEO –Corporate Europe Observatory), un groupe de recherche et de travail ayant son siège à Bruxelles, qui avait déjà cosigné l’édifiant rapport Une décennie d’influence industrielle en février 2012. Cette fois-ci, les déclarations d’intérêts des experts de l’Efsa, répartis en dix panels et un comité scientifique, ont été passées au peigne fin par le CEO : « Nous avons été choqués par nos résultats. Même sans vérification des intérêts non déclarés, le nombre de conflits d’intérêts dans cette agence est très inquiétant. Tous les panels, sauf un, sont dominés par des experts ayant des conflits d’intérêts. Nous avons constaté que la majorité des conflits consiste en financements de la recherche et en contrats de consultants privés, mais certaines institutions cruciales pour les scientifiques (sociétés savantes, revues) sont également visées par le lobbying de l’industrie, ce que l’Efsa semble ne pas prendre en compte. » Privilégiant sans doute d’autres comptes. Le consommateur, lui, est loin d’y trouver le sien.

 Voir en ligne  : AFOC - Associations FO Consommateurs - Site

Michel Pourcelot Journaliste

Sur le même sujet

Des soft drinks pas toujours si soft : Que viva Mexicola !

Consommation par Michel Pourcelot

La mention « consommez avec modération » pourrait être apposée sur un bon nombre de soft drinks, cette catégorie de boissons non alcoolisées, où l’on retrouve notamment les sodas et autres colas, dont, étude après étude, on apprend le peu de qualités nutritionnelles et les éventuels dangers de leurs ingrédients, pouvant provoquer, entre autres, diabète et obésité.

Attention aux risques

Boissons dites énergisantes par AFOC

Les boissons dites énergisantes sont des sodas enrichis en substances déjà présentes dans l’alimentation (caféine, taurine, vitamines,...) et qui ont essentiellement en commun leur teneur en caféine (équivalente en moyenne à deux expressos). Cette composition en fait des boissons « excitantes » qui (...)