Transition vers l’austérité énergétique

Communiqués par Pascal Pavageau

Force Ouvrière regrette l’absence de concertation du gouvernement dans la période de finalisation de son projet de loi de « transition énergétique ».

L’approche de l’efficacité énergétique, au lieu de celle de « sobriété », répond à une de nos revendications défendues lors du débat national en 2013. De même, la fin de la limitation au gaz et à l’électricité de l’aide aux ménages en situation de précarité énergétique reprend nos propositions.

Pour Force Ouvrière, la réduction du coût de l’importation des énergies fossiles et la préservation de notre indépendance énergétique sont essentielles. Ce sont d’ailleurs ces mêmes objectifs qui ont conduit au programme électronucléaire permettant de produire une électricité bon marché pour les entreprises et les ménages, de surcroit décarbonée.

Force Ouvrière revendique depuis longtemps une politique de l’énergie développant le mix énergétique. Le développement des énergies renouvelables est donc nécessaire, mais de manière à favoriser la production et les emplois au niveau national.

En revanche, l’objectif de réduction par deux de la consommation d’énergie en 2050 est absurde. Il ressort d’une logique de décroissance que dénonce et refuse Force Ouvrière. La création d’un plafond de production d’électricité nucléaire est à la fois stupide et malhonnête : cette manœuvre n’a d’autre but que de servir des intérêts idéologiques et politiciens en trouvant un moyen de fermer une ou des centrales.

L’obligation de rénovation thermique des logements pour les ménages n’est pas acceptable, a fortiori en pleine modération salariale et baisse du pouvoir d’achat. Cet enjeu impose un financement public et des moyens aux niveaux des services de l’État et des collectivités. C’est ce que montre l’absence de rénovations pour le tertiaire privé et le patrimoine de l’État et des collectivités pourtant imposées par la loi Grenelle 2 en 2010. La recherche, l’ingénierie et la commande publiques, vecteurs d’innovation, d’activité et d’emplois pour les entreprises françaises, doivent être consolidées.

L’ouverture des concessions hydrauliques à la concurrence est inacceptable pour Force Ouvrière.

Force Ouvrière regrette que ce projet ne traduise pas une grande politique publique de l’énergie, ambitieuse pour le mix énergétique, l’innovation, les emplois et la croissance, notamment par l’intervention publique. Ce texte est cadré par des impératifs dogmatiques et idéologiques et par la rigueur budgétaire. Comme le reste, l’énergie est soluble dans l’austérité.

Pascal Pavageau SECRETARIAT GENERAL

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Retraites : étude d’impact – première réaction

Communiqué de FO par Yves Veyrier

La confédération FO se félicite de la mobilisation de cette journée du 24 janvier, partout en France, qui confirme la détermination intacte contre le projet de régime unique par points, après 50 jours de grèves et manifestations.

Retraites - Nos mobilisations seront victorieuses !

Communiqué intersyndical

Jeudi 23 janvier, partout dans le pays, à l’appel de nos organisations syndicales, des manifestations éclairées par des flambeaux ont permis à beaucoup de continuer à exiger le retrait du projet de réforme des retraites.

Déclaration de la Commission exécutive du 23 janvier 2020

Communique de FO par Yves Veyrier

La Commission exécutive confédérale salue à nouveau les adhérents, militants, salariés engagés contre le projet du gouvernement de régime unique par points. Elle se félicite de l’initiative et de la conduite de cette mobilisation et de la grève depuis le 5 décembre, dans le cadre d’une large unité d’action syndicale, par la confédération et l’ensemble de ses Fédérations, Unions Départementales et Syndicats.

Retraites - Un 24 massif et déterminé pour le retrait

Communiqué intersyndical

Le Président de la République a donné son feu vert à l’examen en Conseil des ministres du projet de loi sur les retraites le 24 janvier 2020. Ce projet renvoie à de nombreuses ordonnances et décrets qui définiront ultérieurement et sans débat les dispositions structurantes du régime prétendu universel (...)