Travail du dimanche : oui à la concertation, non à la généralisation

Communiqués de FO par Didier Porte

Le travail du dimanche revient sur le devant de la scène à l’occasion de cette rentrée de septembre déjà bien chargée sur le plan de l’actualité économique et sociale.

Le Gouvernement souhaite faire passer sa réforme du travail du dimanche par voie d’ordonnance sans qu’il y ait ainsi de véritable débat parlementaire. Une telle démarche ne peut que susciter une désapprobation de notre part. Pour rappel, le rapport Bailly de décembre 2013 indiquait que l’examen de l’ensemble de ces propositions gagnerait à être précédé d’une concertation nationale interprofessionnelle. Force Ouvrière se montrera vigilante quant à la tenue d’un tel débat et ne manquera pas de faire valoir ses positions durant cette concertation.

Le travail du dimanche ne favorise pas davantage la consommation. Le pouvoir d’achat des ménages n’est pas extensible en ces périodes de crise. L’ouverture plus large des magasins le dimanche nuira très certainement aux petits commerces, qui n’auront pas toujours la possibilité d’ouvrir 7 jours sur 7, et par voie de conséquence à ses salariés. Au surplus, le travail du dimanche déstructure la vie privée et familiale et favorise le travail à temps partiel.

Pour toutes ces raisons, FO s’est toujours montrée hostile à toute extension du travail dominical. Force Ouvrière ne cesse de rappeler que le travail dominical doit garder un caractère dérogatoire et exceptionnel. Demain, l’exception ne doit pas devenir la règle !

Didier Porte Secrétaire confédéral au Secteur des moyens et de la logistique

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Barème des prud’hommes : réaction de Force Ouvrière

Communiqués de FO par Yves Veyrier, Frédéric Souillot, Secrétaire général de Force Ouvrière

La décision rendue ce jour par la Cour de cassation concernant le barème des indemnités prud’homales n’entame en rien le bien-fondé de la contestation portée par FO au regard de la convention 158 de l’OIT. FO renouvelle sa ferme opposition à ce barème impératif, destiné principalement à sécuriser les employeurs. Pour FO, la réparation doit, en toutes circonstances, être à la hauteur du préjudice réellement subi par le salarié et le juge doit pouvoir disposer d’une totale liberté pour fixer le montant des dommages et intérêts.

Pour la libération immédiate des syndicalistes biélorusses !

Communiqué de FO par Marjorie Alexandre, Secteur Europe - International

La Confédération Force Ouvrière (FO) a pris connaissance de l’arrestation et de la mise en détention le 19 avril 2022, d’au moins quatorze syndicalistes et leaders syndicaux biélorusses, notamment de la confédération biélorusse BKDP – dont son président Aliaksandr Yarashuk et vice-président Siarhei Antusevich - affiliée à la Confédération Syndicale Internationale (CSI), et de plusieurs de ses fédérations.