Turquie : tragique accident à la mine de Soma, la sous-traitance une nouvelle fois mise en cause

La lettre électronique @ ctualités Europe – International n°21 par Secteur Europe - International

Le 14 mai dernier, près de 300 travailleurs ont été tués dans l’accident de la mine de Soma, provoqué par l’explosion d’un transformateur de courant électrique. Ce type d’accident n’est pas rare en Turquie.

Les mauvaises conditions de travail sont régulièrement dénoncées par les organisations syndicales. La confédération TÜRK-IS a dénoncé la masse de contrats de sous-traitance qui devient la pratique régulière en matière d’emplois, les conditions d’exploitation proches de « l’esclavagisme » et le non-respect de la vie des salariés. Suite à la privatisation de la mine en 2005, le P-DG de la compagnie minière, proche du pouvoir, s’était vanté en 2012 d’être parvenu à réduire de 130 à 24 dollars la tonne les coûts de production dans sa mine.

Cet accident a contribué à relancer la colère du peuple turc contre le gouvernement. Le mépris des autorités pour les conditions de travail a éclaté au grand jour. On a ainsi pu voir un conseiller du Premier ministre turc donner un coup de pied à un manifestant à Soma tandis que le Premier ministre Erdogan déclarait : « les accidents de travail existent, ça arrive, c’est dans l’ordre naturel des choses ! » Résultat : le gouvernement a rejeté une proposition pour l’investigation parlementaire des mines accidentées dans la région de Soma au prétexte que ces dernières faisaient déjà l’objet d’inspections régulières, la plus récente en mars 2014. En outre, la Turquie refuse toujours de signer la convention 176 de l’Organisation internationale du travail (OIT) relative à la santé et à la sécurité dans les mines.

Deux jours après l’accident, des manifestations ont rassemblé près de 3000 manifestants dans la capitale Ankara et 10 000 à Soma. Elles ont été sévèrement réprimées par des gaz lacrymogènes et jets d’eau. De nouvelles manifestations qui coïncidaient avec le premier anniversaire du soulèvement de Gezi (voir lettre électronique numéro 10) ont été organisées le 31 mai, également réprimées par la police.

Le Congrès de la CSI a adopté une résolution d’urgence présentée par les confédérations turques DISK, KESK, HAK-IS, TÜRK-IS. Elle considère que Soma est le résultat des politiques néolibérales menées en Turquie.

Elles exhortent le gouvernement à :

 Garantir le plein respect de la législation en matière de santé et de sécurité moyennant des inspections fréquentes et adéquates
 Mettre immédiatement un terme à l’attaque contre les syndicats
 Mettre fin à la pratique de la sous-traitance, résultant en la violation des droits des travailleurs/euses
 Veiller à ce que tous les travailleurs et travailleuses soient adéquatement formé(e)s et disposent de tout l’équipement de sécurité nécessaire

Elles s’engagent à :

 Défendre nos camarades en Turquie afin de garantir que les responsables de cette catastrophe soient traduits en justice
 Nous joindre à la CSI pour faire campagne pour le respect des droits syndicaux en Turquie
 Envoyer une mission de haut niveau en Turquie afin de contrôler le processus et de soutenir nos organisations affiliées en Turquie
 Œuvrer dans tous les pays afin d’assurer que les législations en matière de santé et de sécurité soient conformes aux normes internationales et soient efficacement mises en œuvre
 Lutter contre le travail précaire, qui est un facteur important contribuant aux lésions et aux décès sur le lieu de travail
 Lutter contre tout système faisant passer les profits avant les personnes

Dans Germinal, Zola faisait dire à un mineur : « nous sommes donc venus vous dire que, crever pour crever, nous préférons crever à ne rien faire. Ce sera de la fatigue de moins… ». Le respect de la dignité humaine est une nécessité impérative.

 Voir en ligne  : La lettre électronique @ ctualités Europe – International n°21 [PDF]

Sur le même sujet

Corée : escalade dans la répression syndicale

International par Secteur Europe - International

Force ouvrière a accueilli le 11 juillet la députée coréenne Sun Mee Jin lors de sa visite en France. Porteuse d’une proposition de loi visant une meilleure reconnaissance de la liberté syndicale et du droit de grève dans son pays, l’échange a permis de faire le point sur la question des normes sociales en Corée du Sud.

Succès retentissant pour la défense du droit de grève dans le monde !

International

La Confédération syndicale internationale appelait le 18 février à une journée mondiale de défense du droit de grève. La journée d’hier a été marquée d’un succès retentissant à travers le monde puisque des actions ont été menées un peu partout.
Les organisations syndicales françaises étaient rassemblées hier (...)

Corée du Sud : démocratie à deux vitesses

International par Evelyne Salamero

Les deux Corées ont défrayé la chronique ces derniers jours pour cause de jeux olympiques. Mais il y a des choses dont on entend beaucoup moins parler, voire pas du tout. En République de Corée (Corée du sud), pourtant démocratique depuis la fin des années 80, des syndicalistes sont derrière les barreaux ou poursuivis et en passe d’être jugés pour avoir simplement manifesté pacifiquement.