Vers le régime universel de retraite de base ?

Retraite par Philippe Pihet

Sans aucune information préalable, ni bien sûr aucune concertation, le gouvernement sort de son chapeau la future fusion de la caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) et du régime social des indépendants (RSI).

La démonstration est dans l’exposé des motifs de l’article 3 du projet de loi rectificative de financement de la Sécurité sociale (PLRFSS). La Contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S) étant appelée à disparaître, la principale source du régime des indépendants va se tarir. La solution est simple pour le gouvernement : ce sera aux salariés de payer.

L’argument de justification est inacceptable, comme les salariés du régime général aident déjà les salariés agricoles, sans rechigner, ils peuvent aussi aider les autres.

Sauf que les autres en question, fort respectables au demeurant, ne sont pas salariés !

Si les règles de calcul des pensions sont alignées, le financement en est bien loin !

Comme nous l’avons toujours expliqué, il appartient à la solidarité nationale (donc à l’impôt) de soutenir les régimes de non salariés.

Cette préfiguration de régime de retraite unique présente un danger important : l’addition de déficits risque d’amener à une prochaine « réforme » des retraites.

Maintenant ça suffit, les salariés ont déjà payé plusieurs fois les réformes, les retraités aussi, les employeurs, eux sont exonérés d’efforts.

La promotion du « dialogue social » aurait a minima voulu qu’il y ait concertation, la transparence tant vantée en matière de financement des dépenses publiques n’y trouvera pas non plus son compte.

Pour Force Ouvrière ce « coup de force » n’est pas tolérable.

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Le rachat des jours de RTT, la fin des 35h ?

Communiqués de FO par Frédéric Souillot

FO réitère sa revendication prioritaire : c’est l’augmentation des salaires qui redonnera du pouvoir d’achat aux salariés ! Et non pas une rustine, qui n’offre qu’une solution temporaire notamment parce qu’elle n’est applicable que pour les heures cumulées avant le 1er janvier 2022 et ce jusqu’au 31 (...)