A Athènes comme à Paris : « Les travailleurs ne peuvent compter que sur eux-mêmes »

Communiqué de la FEETS FO par FEETS FO

La FEETS FO est solidaire des salariés grecs et de leurs syndicats qui refusent l’austérité

La FEETS FO apporte tout son soutien aux salariés grecs appelés à faire grève et à manifester ce jour pour dire : non aux privatisations, non à l’austérité.

Après avoir subi plusieurs plans d’austérité imposés par la troïka (FMI, Commission européenne, Banque centrale) avec l’aval des gouvernements grecs successifs, basés notamment sur :

 Le rachat des dettes des banques privées par l’argent public ;
 La baisse des traitements des fonctionnaires ;
 La suspension des conventions collectives ;
 La privatisation des entreprises et infrastructures publiques ;
 Le recul de l’âge de la retraite.

les gouvernements de la zone euro , avec l’aval du gouvernement grec actuel, veulent une nouvelle fois faire porter par les salariés l’essentiel de leur plan d’austérité au prétexte de la dette nationale. Or, de plus, cette dette résulte en grande partie des plans d’austérité précédents !

Fort du parallèle des politiques menées, en Grèce comme en France, dans des contextes financiers différents, la FEETS FO affirme que ces mesures sont suicidaires tant au plan social que pour les libertés publiques à l’heure où frappent à la porte des parlements : les nationalistes, les néo fascistes et les néo nazis.

Pour la FEETS FO, il est du devoir du mouvement syndical libre et indépendant de tout mettre en œuvre pour soutenir celles et ceux qui refusent ce diktat fondé sur les seuls intérêts du capital et cette construction européenne aux relents impériaux avec la vassalisation de nations entières.

Parce que rien ne nous sépare des salariés grecs, portugais, espagnols ou allemands, nous sommes solidaires.

 Voir en ligne  : FEETS FO

FEETS FO ÉQUIPEMENT, ENVIRONNEMENT, TRANSPORTS ET SERVICES

Sur le même sujet

Après le 5 décembre, déterminé-es pour gagner !

Communiqué de FO

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, MNL, UNL, FIDL et UNEF se félicitent de l’ampleur des mobilisations par la grève lancée ce 5 décembre et par la participation massive aux manifestations organisées partout dans le pays.

Grèce : pourquoi le cauchemar n’est pas fini

Europe par Evelyne Salamero

Après le cauchemar, le rêve ? Le 20 août, à en croire de nombreuses voix, la Grèce aurait officiellement été libérée des contraintes budgétaires et sociales imposées depuis huit ans par ses créanciers (Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) en échange de leurs prêts.