À plates coutures, la pièce inspirée des ex-Lejaby, présentée au Festival off d’Avignon

Théâtre par Michel Pourcelot

Vingt fois sur le métier... La pièce À plates coutures, inspirée par le combat d’ouvrières de Lejaby, sera présentée en off du festival d’Avignon du 4 au 26 juillet. Elle veut démontrer, non sans se départir d’humour, que les femmes sont à l’avant-scène de la crise, car ce sont les premières à devoir encaisser les coups. Mais la compagnie doit avoir recours au financement participatif.

Elles sont quatre sur scène, quatre comédiennes à incarner ces femmes déterminées à ne pas se laisser battre à plates coutures. Même s’il faut en découdre. Elles sont les principaux personnages de la pièce À plates coutures, qui, au-delà du drame vécu par les ouvrières de Lejaby, entend « montrer ce qui se passe de particulier quand un groupe de femmes est visé par une fermeture d’entreprise, en quoi les répercussions peuvent être différentes pour des ouvrières de ce qu’elles sont pour des hommes. C’est en fait un propos universel qui dépasse l’usine Lejaby ». Signée par Carole Thibaut et mise en scène par Claudine Van Beneden, cette pièce (voir À plates coutures : des Lejaby mises en pièce) constitue le deuxième volet d’un projet intitulé « Femmes : histoire intime et collective », menée par le Compagnie Nosferatu.

Si concernant Lejaby, les nouvelles ne sont pas toujours bonnes sur la scène éco-médiatique, elles apparaissent un peu meilleures sur la théâtrale : après avoir donné une dizaine de représentations en France, À plates coutures sera présentée en off de la 50e édition du Festival d’Avignon, du 4 au 26 juillet, au Théâtre du Roi René. Cependant non sans difficultés économiques. Pour cela, la Compagnie Nosferatu a été conduite à mettre en place un financement participatif sur kisskissbankbank (voir À Plates Coutures. Inspiré des ex ouvrières Lejaby), qui avait déjà au 18 juin, collecté 2 440 euros sur un objectif de 4 000. Ce montant doit entre autres permettre de payer une partie des frais de locations du théâtre avignonnais ainsi que le transport par camion du décor jusqu’en Avignon depuis le Puy-en-Velay, où la compagnie est en résidence, non loin d’Ysingeaux, où le drame s’est joué dans la vraie vie.

À plates coutures, Théâtre musical. Pièce écrite par Carole Thibaut, mise en scène par Claudine Van Beneden et interprétée par Angeline Bouille, Barbara Galtier, Chantal Péninon, Simon Chomel, Claudine Van Beneden.
Présentée du 4 au 26 juillet, tous les jours à 12h, au Théâtre du Roi René, 4 bis rue Grivolas 84000 Avignon.
Téléphone/réservation : 04 90 82 24 35.
Tarifs : entre 12 et 17 euros.
Et également le 25 juin au Rize 23 Rue Valentin Hauy, 69100 Villeurbanne
Téléphone : 04 37 57 17 17.

Michel Pourcelot Journaliste

Sur le même sujet

A plates coutures : des Lejaby mises en pièce

Théâtre par Michel Pourcelot

S’inspirant du très médiatisé conflit à l’entreprise textile Lejaby, la pièce A plates coutures n’ambitionne pas d’en retranscrire à nouveau les arcanes mais de créer un spectacle musical autour des femmes confrontées au monde du travail et cela à travers celles qui ont été frappées par ce drame social. Et aussi de démontrer que les luttes n’excluent pas l’humour.

[Théâtre] Un démocrate : le grand manipulateur

Culture par Michel Pourcelot

A l’heure des fake news, des batailles d’opinion et des guerres d’images, Un démocrate remet en scène un théoricien de la manipulation des foules du XXe siècle, qui inspira, entre autres, Goebbels. Alertant sur les dangers que la com’ comme outil politique fait courir à la démocratie, la pièce poursuit actuellement sa tournée.

Initiation au « maniement des larmes »

Théâtre par Michel Pourcelot

L’armement ! Après Elf, la pompe Afrique et Avenir radieux, une fission française, voici sur les planches Le maniement des larmes, le troisième volet de la trilogie « Bleu - Blanc- Rouge » de Nicolas Lambert. Un one man show qui met en scène les protagonistes d’un secteur enclin à l’opacité.