Accidents du travail : 30,5 % d’augmentation pour les femmes

Le chiffre par Michel Pourcelot

© Patrick ALLARD/REA

Les accidents du travail (AT) déclarés et reconnus ont augmenté de 30,5% pour les femmes entre 2001 et 2016 selon l’Acnat, l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail, se fondant sur des données de la CNAM (Caisse nationale de l’assurance maladie). Ces chiffres viennent d’être rappelés alors que la concertation autour de réforme de la santé au travail semble au point mort.

Et +45% dans des secteurs très féminisés

Pourtant une baisse globale des accidents du travail, de 15,1%, a été constatée, passant de 737 499 à 626 227, mais, preuve en est que les moyennes écrasent tout et qu’il faut toujours s’en méfier, selon les mots de Pascale Mercieca, chargée de mission à l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact) et spécialiste de la prévention. Si dans le BTP, toujours le secteur le plus accidentogène, une baisse de 29% en 10 ans a été enregistrée, dans les secteurs de l’aide à domicile, les Ehpad, l’intérim et les soins à la personne, des activités très fortement féminisées (à plus de 97%), il y a eu une augmentation de 45% sur la même période. Cette dernière est peut-être plus importante encore.

Michel Pourcelot Journaliste

Sur le même sujet

Action sociale et santé privée : pour une hausse générale des salaires

SALAIRES par Françoise Lambert

Lors de la conférence salariale des établissements et services sanitaires, sociaux et médico-sociaux privés à but non lucratif, le 23 février, FO et deux autres syndicats ont rappelé dans une déclaration commune leurs principales revendications. Ils appellent les salariés de ce secteur à participer aux mobilisations dans les Ehpad le 15 mars et dans la Fonction publique le 22 mars.

Ce système de santé qui maltraite patients et soignants

Droits fondamentaux par Nadia Djabali

Lourd constat que nous transmet la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH). Bien qu’envié dans le monde entier, notre système de santé produit de la maltraitance à l’égard des patients, des aidants et des personnels soignants. La réduction des dépenses de santé coûte cher, affirme la Commission, qui émet trente-deux recommandations pour agir contre cette maltraitance subie par les populations les plus fragiles et les groupes les plus discriminés.