Communiqué de FO

Accidents du travail et maladies professionnelles Les bons résultats de la sinistralité : l’arbre qui cache la forêt

, Serge Legagnoa

Recommander cette page

© Jean-Claude MOSCHETTI/REA

Les statistiques relatives aux accidents du travail et maladies professionnelles pour 2017 dévoilent encore une fois une baisse continue de la sinistralité démontrant la qualité du travail effectuée par tous les acteurs de la branche risques professionnels gérée, réellement, de manière paritaire.

Cette baisse globale de la sinistralité ne doit cependant pas freiner la volonté exprimée par les interlocuteurs sociaux à travers le plan santé au travail 3 de mettre en avant la prévention des risques professionnels. En effet, si la sinistralité au niveau national diminue, les statistiques révèlent de fortes inégalités d’une part en fonction des secteurs d’activité et d’autre part en fonction des régions.

On constate ainsi une diminution constante dans le secteur du BTP pourtant réputé comme l’un des secteurs les plus à risques mais aujourd’hui bien pris en charge par l’Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics. Cependant d’autres secteurs comme l’intérim et l’aide à la personne voient leur indice de fréquence de sinistralité augmenter de manière significative.

Cette baisse globale voile aussi en partie l’augmentation de certaines pathologies professionnelles, et notamment une hausse de 35% des affections psychiques.

Pour Force Ouvrière les chiffres parlent d’eux même et rappellent une fois de plus l’importance de mener une politique de prévention et de gestion du risque au plus près du terrain et des conditions de travail des salariés. A ce titre, si le nombre d’instance en charge de la santé au travail est souvent visé comme un poids pour « l’efficience » des politiques de prévention, cela répond de fait à une nécessité de plus en plus prégnante d’adapter ces politiques aux spécificités de chaque secteur professionnel, de chaque région mais aussi des différentes pathologies professionnelles émergentes. Une fusion des différents acteurs concourant à la prévention de la santé au travail en une unique instance tripartite risquerait d’occulter ces spécificités et de remettre en cause le travail titanesque déjà effectué.

Pour Force Ouvrière, il est plus qu’urgent que les questions de la santé au travail et de l’amélioration des conditions de travail soit misent au cœur du débat politique et permettent la mise en œuvre, avec les représentants des travailleurs, d’une législation plus protectrice garantissant la santé et la sécurité de tous les travailleurs.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Serge Legagnoa

Secrétaire confédéral au Secteur de la Protection Sociale Collective


  • Assurance maladie
  • Prévention – Sécurité et Santé au travail
  • Accidents du travail et Maladies professionnelles
  • Famille
  • Recouvrement

Envoyer un message à Serge Legagnoa

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

19 février 1788

Création de la Société des Amis des Noirs
La société des Amis des Noirs est créée le 19 février 1788 à Paris sous la direction notamment de Brissot et Mirabeau. Elle compte 141 membres au début de 1789 dont Condorcet, la Fayette et l’abbé Grégoire. La société fait campagne dans la presse pour l’abolition de l’esclavage. Elle voulait une (...)

La société des Amis des Noirs est créée le 19 février 1788 à Paris sous la direction notamment de Brissot et Mirabeau. Elle compte 141 membres au début de 1789 dont Condorcet, la Fayette et l’abbé Grégoire. La société fait campagne dans la presse pour l’abolition de l’esclavage. Elle voulait une émancipation immédiate des esclaves. Grâce à cette propagande, 49 cahiers de doléances sur 600 mentionnèrent dans leurs revendications l’abolition de l’esclavage.
La Convention abolit l’esclavage le 4 février 1794 en ces termes :
« La Convention déclare l’esclavage des nègres aboli dans toutes les colonies ; en conséquence, elle décrète que tous les hommes, sans distinction de couleur, domiciliés dans les colonies, sont citoyens français et jouiront de tous les droits assurés par la Constitution. »
Sans amoindrir la portée émancipatrice de cette décision historique, on ne peut passer sous silence que certaines de ses raisons avaient aussi une portée de politique internationale : c’était un moyen de lutte contre les Anglais.
Bonaparte rétablit l’esclavage par la loi du 10 mai 1802 .