Service Public - FO Hebdo

Accueil des migrants : les agents FO de Marseille demandent des moyens

, Valérie Forgeront

Recommander cette page

By Rvalette (Own work) [GFDL or CC BY-SA 3.0]

Revendiquant des effectifs supplémentaires et l’amélioration de leurs conditions de travail, les personnels du service marseillais d’accueil des migrants relevant de la préfecture des Bouches-du-Rhône étaient en grève le jeudi 4 mai à l’appel de FO (syndicat majoritaire). Le mouvement a été suivi par 90% des agents des guichets d’accueil.

Les personnels de cette Direction des Migrations, de l’Intégration et de la nationalité ont détaillé les raisons de leur action ce 9 mai lors d’une conférence de presse tenue dans la cité phocéenne. Notre syndicat ne pouvait ne rien faire ni ne rien dire même en cette période sous-entendu d’élection présidentielle indique la section FO des Bouches-du-Rhône du syndicat FO des préfectures et des services du ministère de l’Intérieur.

Les personnels des guichets d’accueil alertent en effet l’administration sur la situation dégradée du service depuis le 29 juillet 2016 indique Stéphane Jacomino, le secrétaire départemental du syndicat FO des préfectures et des services du ministère de l’Intérieur.

Les personnels contestent des conditions de travail désastreuses et un manque criant de personnel dans ce service. Et pour cause. Sur quatorze guichets ouverts de 8h15 à 12h30, les agents doivent accueillir chaque jour entre 1 000 et 1 400 personnes. Cette situation perdure depuis 2009 souligne Stéphane Jacomino.

Désormais le nombre d’usagers reçus par jour ne permet aucune pause aux agents indique le syndicat FO soulignant les tensions constantes face au flux toujours plus important de personnes à accueillir. Or le service compte seulement vingt-et-un postes d’agents titulaires dont sept postes toujours vacants sont occupés par des vacataires. En interne, aucun agent ne postule car ces postes sont peu attractifs explique Stéphane Jacomino.

Quand les vacataires forment les titulaires…

Une équipe est parfois composée par plus de vacataires que de titulaires s’irrite FO. Alors qu’un préavis de grève avait été déposé dès le 25 avril, les personnels du service regrettent l’absence de dialogue avec le ministère de l’Intérieur. Les agents demandent l’apport d’effectifs supplémentaires particulièrement d’agents d’accueil de catégorie C. Actuellement pointe FO le manque d’effectifs induit une charge de travail supplémentaire pour les agents restants.

Le syndicat FO souligne encore le manque de formation des nouveaux agents. Pour ces derniers indique Stéphane Jacomino, avec deux jours seulement de formation dans le département voire rien du tout, la formation est trop rapide ou inexistante. Quand elle existe, ce sont les vacataires qui forment les titulaires. Ce déficit de formation induit un inconfort pour certains agents et une charge supplémentaire de travail pour les agents confirmés.

Rappelant les difficultés de leur mission d’accueil, les personnels ont demandé aussi le doublement d’une indemnité de sujétion à 46 euros, notant que la préfecture des Alpes Maritimes accorde elle une prime de 90 euros.

Le 7 mai sur le Journal officiel, les personnels ont découvert l’existence d’un décret paru le 5 mai portant création d’une indemnité temporaire de sujétion (ITSA) des services d’accueil. Ce décret —complété d’un arrêté fixant le montant de référence de cette indemnité— concerne les fonctionnaires administratifs exerçant au sein de guichets à titre… Ce qui est le cas des agents de Marseille.

Le décret dont l’entrée en vigueur est fixée au 1er janvier 2017 doit s’appliquer jusqu’au 30 novembre 2017… Il vise à compenser une attractivité insuffisante qui affecte les conditions d’exercice des fonctions d’encadrement, d’accueil du public ou d’accueil des étrangers dans les préfectures ou les sous-préfectures. Le syndicat FO compte bien rappeler l’existence de ce texte à l’administration.