Achat en un clic, quelle portée juridique ?

Consommation par AFOC

De plus en plus de sites marchands, et le premier d’entre eux (Amazon pour ne pas le citer) mettent en place une procédure d’achat en un « clic ».

L’objectif des plateformes de vente vise à automatiser le processus de vente, en le présentant comme une facilité pour le consommateur qui pourra faire ses achats plus rapidement, sans avoir à renseigner à chaque fois ses coordonnées bancaires. Un « clic » et la vente est conclue !

Pourtant, cette pratique nous paraît contestable sur le plan juridique et sans réel avantage pour le consommateur. Il apparait en effet que le temps, minime, gagné à l’occasion du processus de commande ne constitue en aucun cas un avantage pour le consommateur. A cela s’ajoute le danger qu’il y a, par la mise en œuvre de cette pratique commerciale, de pousser le consommateur à une surconsommation en lui ôtant toute faculté de réflexion quant à l’achat qu’il envisage de conclure.

Sur le plan strictement juridique, cette pratique parait en outre des plus contestable dans la mesure où l’article 1127- 2 alinéa 1 du code civil énonce que Le contrat [N.d.A : conclu par voie électronique] n’est valablement conclu que si le destinataire de l’offre a eu la possibilité de vérifier le détail de sa commande et son prix total et de corriger d’éventuelles erreurs avant de confirmer celle-ci pour exprimer son acceptation définitive.

Autrement dit, l’article 1127-2 alinéa 1 du code civil impose comme condition de validité du contrat conclu par voie électronique, que le destinataire d’une offre puisse vérifier le détail de la commande, avant de pouvoir formellement l’accepter. On appelle cette procédure, la procédure du « double clic » (un premier « clic » pour vérifier la commande et un second pour l’accepter).

Si le code civil prévoit une possibilité de déroger à cette règle lorsque la vente est conclue entre professionnels, tout porte à croire qu’elle reste impérative lorsque la vente est conclue entre un professionnel et un consommateur. Ainsi, un consommateur ne devrait se trouver engagé dans un contrat de vente, conclu par voie électronique, qu’après le respect de cette procédure du « double-clic ».

S’agissant d’une condition de validité du contrat, la sanction attachée au non respect de cette règle devrait être la nullité du contrat, ce qui devrait permettre à tout consommateur qui se trouverait engagé après un achat en un-clic, d’en obtenir sa nullité. En l’espèce, le contrat est censé n’avoir jamais existé et charge au professionnel de rembourser le consommateur. Dans le cas où le bien a déjà été délivré au consommateur, charge également à lui de récupérer à ses frais, ce dernier.

AFOC Association Force Ouvrière Consommateurs - AFOC

Sur le même sujet

Amazon : vers la création aux Etats-Unis du premier syndicat au sein de l’entreprise ?

InFO militante par  Maud Carlus, L’Info Militante

Un entrepôt situé à Bessemer, dans l’État de l’Alabama (sud-est des États-Unis) a créé la surprise en initiant la création d’un syndicat au sein d’Amazon USA. Malgré les efforts du géant du commerce par internet pour mettre un terme à ce projet, un vote est actuellement en cours pour consulter les 5 800 salariés de l’entrepôt. Il pourrait ouvrir la voie à la syndicalisation de centaines de milliers de salariés au sein d’Amazon.

Travailleurs du numérique : Californie 1 – France 0

Communiqué de FO par Béatrice Clicq, Serge Legagnoa

Dans son édition du 18 septembre 2019, le journal Le Monde publie un article intitulé « Une Sécurité sociale pour les travailleurs du numérique ». En effet, en Californie, berceau de l’innovation du XXIe siècle pour le meilleur et pour le pire, des milliers de travailleurs précaires des plateformes numériques (VTC Uber, Uber Eats, Amazon Flex, etc.) seraient requalifiés comme employés au 1er janvier 2020 et bénéficieraient dès lors de droits syndicaux et sociaux !