Action sociale et santé privée : pour une hausse générale des salaires

SALAIRES par Françoise Lambert

Le 30 janvier 2018, les salariés des Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EPHAD) et de l’aide à domicile étaient en grève dans l’unité de toutes leurs organisations syndicales.

Lors de la conférence salariale des établissements et services sanitaires, sociaux et médico-sociaux privés à but non lucratif, le 23 février, FO et deux autres syndicats ont rappelé dans une déclaration commune leurs principales revendications. Ils appellent les salariés de ce secteur à participer aux mobilisations dans les Ehpad le 15 mars et dans la Fonction publique le 22 mars.

Les syndicats FO, CGT et SUD demandent un financement des établissements et des services sociaux et médico-sociaux à la hauteur des besoins. Pour le secteur de l’aide à domicile, ils rappellent notamment la nécessité de prendre en compte un tarif minimum de 25 euros de l’heure.

Ils revendiquent aussi l’embauche de personnels diplômés et une augmentation générale des salaires.

Blocage des salaires

L’exécutif vient d’annoncer dans ce secteur, pour la troisième année consécutive, un taux d’évolution de la masse salariale de 1% pour 2018, indique Pascal Corbeix, secrétaire général de la Fédération nationale de Action sociale FO (FNAS-FO), cela s’avère nettement insuffisant, cela veut dire que le blocage des salaires va se poursuivre dans l’ensemble du secteur.

Dans une déclaration commune, les syndicats FO, CGT et SUD rappellent que la hausse, même modeste, du Smic, continue de conduire à un nouveau tassement des grilles salariales dans les conventions collectives nationales, voire à des entrées de grilles en-dessous du Smic. Ils déplorent une absence de réelle reconnaissance des qualifications.

Dans la convention collective dit 66, celle des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées, par exemple, neuf métiers sont en-dessous du Smic. Ce qui oblige les employeurs à verser une prime différentielle afin de combler l’écart avec le minimum légal.

Construire le rapport de force

Alors que les salariés des Ehpad et de l’aide à domicile étaient mobilisés le 30 janvier pour réclamer des moyens humains et financiers, les syndicats de la santé privée et de l’action sociale invitent les salariés du secteur sanitaire, social et médico-social à construire dans l’unité, le nécessaire rapport de force pour être entendu et obtenir satisfaction.

Ils les appellent ainsi à participer aux mobilisations organisées lors la nouvelle journée de grève nationale dans les Ehpad et l’aide à domicile, prévue le 15 mars.

Ils leur proposent aussi de rejoindre le mouvement de grève et de manifestation des agents de la Fonction publique, le 22 mars.

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante - Santé - Retraite

Sur le même sujet

Ehpad : nouvelle mobilisation le 15 mars

Service Public par Françoise Lambert

Les personnels des Ehpad et des services à domicile seront de nouveau en grève et dans la rue le 15 mars, à l’appel de FO et de huit autres organisations syndicales. Ils continuent de demander les moyens humains et financiers nécessaires à l’accomplissement de leur mission. La nouvelle journée d’action s’inscrit dans la préparation de la mobilisation de la fonction publique du 22 mars, indique FO-Santé.

Fonction publique : la mobilisation s’inscrit dans la durée

Service Public par Valérie Forgeront

Réunies lors d’une conférence de presse le 17 avril, les neuf organisations de la fonction publique dont l’interfédérale FO (UIAFP-FO) ont jugé sévèrement la surdité du ministère de l’Action et des comptes publics –et plus largement de l’Exécutif– vis-à-vis des revendications, notamment salariales.

Le 30 janvier 2018, un mouvement historique dans les Ehpad

Protection Sociale par Françoise Lambert

De l’aide soignant au directeur de maison de retraite, les personnels des Ehpad se sont fortement mobilisés partout en France le 30 janvier, lors d’une journée de grève nationale et de manifestations inédite organisée par FO et six autres syndicats de la santé et de l’action sociale. Une initiative à la hauteur des attentes des salariés, qui demandent les moyens humains et financiers nécessaires pour exercer leur métier dans le respect de la dignité des aînés qu’ils soignent et accueillent.