Aéroports de Paris : Honte à ceux qui vendent les « bijoux de famille »

Privatisation par FEETS FO

© Fred MARVAUX/REA

Communiqué de la Fédération FO de l’Équipement, de l’Environnement, des Transports et des Services

L’Assemblée nationale vient de voter la cession des actifs des Aéroports de Paris.

Une nouvelle fois, après les concessions autoroutières, un gouvernement va vendre ses actifs pour se conformer aux critères de désendettement fixés par le traité de Maastricht.

Une nouvelle fois, une activité, qui n’a cessé depuis sa création d’alimenter positivement les comptes de la nation, va être bradée à la Finance.

Une nouvelle fois, l’État renonce à sa capacité d’aménager durablement les territoires laissant libre cours au bon vouloir des conseils d’administration des multinationales.
Une nouvelle fois, les conditions d’emploi et statutaires vont être la variable d’ajustement des futurs repreneurs.

Dans ces conditions : quelle légitimité auront ceux qui bradent aujourd’hui nos « bijoux de famille » pour traiter demain par la Loi de la mobilité et de l’organisation des transports ?

Pour la FEETS-FO, l’avenir des missions de service public, notamment celles de l’aménagement du territoire et des transports, vaut mieux qu’une gestion de « start-up » et la recherche de trésorerie au risque de tout perdre.

Honte à ceux qui aujourd’hui viennent d’hypothéquer l’avenir.

La FEETS FO appelle les salariés des Aéroports de Paris à faire grève et à participer massivement à la manifestation du 9 octobre 2018 pour défendre notre modèle social, nos « bijoux de famille » et refuser la privatisation.

FEETS FO ÉQUIPEMENT, ENVIRONNEMENT, TRANSPORTS ET SERVICES

Sur le même sujet

Emploi : hécatombe dans les transports

InFO militante par Clarisse Josselin

Un mois et demi après le déconfinement, l’activité ne reprend que très progressivement dans les transports. Economiquement, le secteur ne sort pas indemne de la crise sanitaire. Pour FO, il est hors de question de faire payer la crise aux salariés.

ADP : FO dénonce des mesures d’austérité sans précédent

InFO militante par Clarisse Josselin

Face à la baisse de l’activité aérienne, le groupe Aéroports de Paris (ADP) a annoncé le 9 juillet l’ouverture de négociations sur un accord d’activité partielle de longue durée (APLD), un accord de performance collective (APC) et un dispositif de rupture conventionnelle collective (RCC). Le syndicat FO dénonce une utilisation de la crise sanitaire pour tenter d’imposer des mesures d’austérité sans précédent pour les agents.