Transports aérien

Aéroports : l’Etat vend ses parts pour se désendetter

, Valérie Forgeront

Recommander cette page

«  Aeroport nice tarmac  » par nozomiiqel — originally posted to Flickr as R0022146. Sous licence CC BY 2.0 via Wikimedia Commons.

Après Toulouse, l’État poursuivra la privatisation d’aéroports de province dont Nice et Lyon ainsi que le prévoit le projet de loi Macron. La recette des ventes servira notamment à rembourser la dette publique.

L’opération de privatisation de l’aéroport de Toulouse rapportera 308 millions d’euros à l’État a indiqué le ministre de l’Economie, M. Emmanuel Macron.

Le 4 décembre en effet, le gouvernement a accepté l’offre du consortium chinois Symbiose (composé notamment d’un fonds d’investissements de Hong Kong) lequel se portait acquéreur sur la vente par l’État de 49,99% du capital de l’aéroport de Toulouse, 4e plate-forme nationale en terme d’importante.

Trois sociétés étaient intéressées par l’achat de cette part vendue par l’État ; Aéroports de Paris (ADP) allié à l’assureur Prédica, Vinci (avec EDF et Caisse des dépôts) et le fonds d’investissements Cube infrastructure. Pour le gouvernement, l’offre de Symbiose était la meilleure au plan financier.

Jusque là le capital du site aéroportuaire était détenu à 60% par l’État, à 25% par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Toulouse, et à 15% (et à parts égales) par les collectivités (Région, Département et agglomération de Toulouse).

L’État se désengage du transport aérien

La privatisation va chambouler cet équilibre puisque par la vente de sa part, l’État ne détiendra plus que 10,01%. Toutefois pour le ministre, M. Macron, il ne s’agit pas là d’une opération de privatisation mais d’une simple « ouverture de capital dans laquelle les collectivités locales et l’État restent majoritaires avec 50,01% du capital ». Pas si simple. Pour parvenir à ce chiffre, le ministre compte en effet la part restant à l’État (10,01%), la part détenue par la CCI (laquelle gérait l’aéroport jusqu’en 2007) et celle des collectivités. D’ores et déjà, la CCI et les collectivités ont demandé à l’État de s’engager à conserver sa part résiduelle de 10,01%.

Quoi qu’il en soit, Toulouse pourrait être le premier d’une longue liste d’aéroports de province privatisé. En effet, le projet de loi pour la croissance et l’activité, autrement dit le projet Macron, prévoit déjà dans son article 48 la privatisation des aéroports de Nice et Lyon (deuxième aéroport en France). « Le maintien d’une participation de l’État au capital de ces sociétés n’apparaît pas nécessaire » indique le projet de loi. Et de préciser « l’entrée de nouveaux investisseurs au capital de ces sociétés aéroportuaires devrait également permettre à ces sociétés de bénéficier (…) d’une capacité financière accrue ». L’État détenteur pour l’instant de 60% du capital de la plate-forme de Lyon se désengagerait ainsi à hauteur de 49,9% de sa part en 2015. Au travers de ces deux nouvelles opérations de privatisation, l’État compte obtenir des recettes substantielles. Et pour cause. Selon les spécialistes, Lyon pourrait rapporter 500 millions d’euros et Nice, autour de 800 millions dans les caisses de l’État. Au total, la vente partielle des trois aéroports (Toulouse, Lyon et Nice) apporterait 1,6 milliard à l’État. Cette recette obtenue par le désengagement de la puissance publique au plan du service du transport servira notamment au remboursement de la dette publique.