Alerte :
Du 30 mai au 3 juin 2022 : XXVe Congrès confédéral à Rouen

Afghanistan : concrétisation de la solidarité syndicale

InFO militante par Clarisse Josselin, L’Info Militante

© Saifurahman Safi/XINHUA-REA

Depuis que l’Afghanistan est tombé aux mains des Talibans, FO, dans le cadre d’une intersyndicale et en lien avec la Confédération syndicale internationale (CSI), agit dans l’ombre pour soutenir le syndicat de travailleurs Nuawe. Une conférence syndicale internationale a été organisée le 2 mai à Paris pour donner la parole à des camarades afghans et évoquer les actions mises en place pour aider ces militants à poursuivre leur action syndicale et plus largement à défendre les droits humains.

A l’automne dernier, après avoir œuvré dans la plus grande discrétion, les trois confédérations FO, CFDT et CGT, en coordination avec la Confédération syndicale internationale (CSI) et en lien avec le ministère des Affaires étrangères, étaient parvenues à faire exfiltrer vers la France dix-sept responsables du syndicat Nuawe (syndicat national des travailleurs et employés afghans). Mais il restait encore une étape de taille à franchir : permettre à leurs familles de les rejoindre. C’est quasiment chose faite depuis quelques jours.

L’urgence passée et la sécurité de ces militants et de leurs proches désormais assurée, les langues peuvent enfin se délier. L’intersyndicale a donc organisé à Paris le 2 mai, sous l’égide de la CSI, une conférence syndicale internationale pour donner la parole à ces exilés.

Cette réunion a aussi été l’occasion d’évoquer les actions mises en place pour aider ces militants à poursuivre leur combat syndical et plus largement à lutter contre l’obscurantisme. Car dans ce pays tombé sous la coupe des Talibans à l’été dernier, les droits humains fondamentaux ne sont plus respectés.

Lors de cette conférence, organisée au lendemain du 1er mai, journée internationale des travailleurs, le secrétaire général de FO Yves Veyrier a rappelé que la confédération était engagée de longue date dans la solidarité syndicale internationale. Nous voulons œuvrer avec vous pour faire en sorte que soient rétablis au plus vite les droits fondamentaux dans votre pays, avec l’accès à l’éducation, à un travail digne, avec des citoyens traités à égalité, et la possibilité pour vous d’y agir librement et sans risques, vous pouvez compter sur nous tous, a-t-il assuré à ces militants.

90% de la population sous le seuil de pauvreté

Des militants de Nuawe, menacés pour leur engagement en faveur des droits des travailleurs, mais aussi des libertés individuelles, des droits des femmes ou de l’éducation, ont livré un témoignage glaçant sur la situation dans laquelle se trouve actuellement la population afghane. Tout ce que nous avions construit dans ce pays s’est effondré, a déploré une militante.

Plus de 90% de la population vit désormais sous le seuil de pauvreté. De nombreux emplois ont été détruits. Les salaires ne sont plus payés, ou de manière incomplète. Les gens n’ont plus d’argent pour se nourrir, certains peuvent vendre leurs enfants pour un peu de nourriture, poursuit un militant. Quant aux femmes, elles ne sont plus autorisées à travailler. Elles sont éliminées de la société et de la vie sociale, alerte une militante.

Les écoles de filles ont fermé. Le travail des enfants, en forte progression, est une préoccupation majeure du syndicat. La liberté d’expression n’existe plus et des centaines de médias sont censurés. Les journalistes sont menacés de prison. Le tribunal militaire est rétabli. Il n’y a plus vie privée, ni de sécurité physique et mentale témoignent-ils.

Mais pas question pour ces militants de baisser les bras. Les hommes et les femmes afghans veulent continuer le combat jusqu’à ce que la justice sociale soit rétablie, assurent-ils, en appelant les syndicats internationaux à les soutenir.

Un observatoire pour permettre au syndicat de continuer à fonctionner en exil

Un membre de la fédération des travailleurs du Pakistan (PWF) a appelé à ce qu’une pression soit exercée au niveau international sur les Talibans pour obtenir la reconnaissance des syndicats et le rétablissement des droits des travailleurs et des femmes, ainsi que le droit à une vie décente. Aujourd’hui, les syndicats doivent travailler de manière souterraine et clandestine par petits groupes, ils perdent des membres, c’est très dur, explique-t-il.

L’intersyndicale française, au-delà d’une aide matérielle directe, finalise actuellement la création d’un observatoire des droits des travailleurs afghans. Cela permettra au syndicat Nuawe de continuer à fonctionner en exil, explique Marjorie Alexandre, secrétaire confédérale FO chargée de l’international. Cet observatoire permettra aussi de recueillir des informations fiables sur ce qui se passe là-bas, afin de continuer à alerter sur la situation afghane à l’international.

Un représentant de la fédération syndicale internationale des journalistes, profession particulièrement ciblée par les Talibans, a évoqué le cauchemar éveillé vécu par les affiliés de son organisation. Lui aussi œuvre à l’évacuation de militants menacés. Plus de 300 médias ont fermé en quelques semaines, des hommes ont été tués, des femmes sont pourchassées.

Nous ne sommes plus dans le journalisme mais dans l’aide humanitaire directe, à distribuer de la nourriture, des médicaments et des vêtements, a-t-il expliqué, tout espérant que la lumière de l’information ne s’éteigne pas en Afghanistan comme c’est le cas au Yémen. Beaucoup de journalistes veulent néanmoins rester sur place pour informer et accomplir leur mission, des femmes continuent de manifester même si elles se font bastonner.

Le syndicalisme est comme une famille

Autre profession réprimée par les Talibans, les enseignants. La fédération syndicale internationale des enseignants (EI), outre l’évacuation de militants, met également en place un observatoire des droits des enseignants afghans. Objectif : donner la parole à ces professionnels et informer sur les salaires (incomplets depuis plusieurs mois), la violation des droits humains et syndicaux, la question des femmes et de leurs conditions de travail…

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, a remercié les syndicats français pour leur action efficace dans l’exfiltration des militants afghans. Les droits démocratiques et la liberté sont la base du droit syndical, on doit entendre la voix de ceux qui vivent là-bas, les femmes doivent pouvoir aller à l’école, quand les droits fondamentaux vont-ils revenir ?, a-t-elle ajouté. Il faut parler de l’oppression en Afghanistan, si on continue d’ignorer les droits des syndicats, ça va continuer.

La question afghane sera évoquée lors du prochain congrès de la CSI, en novembre 2022. Sharan Burrow a également rappelé que seulement 20% des membres de l’OIT vivaient dans des pays libres, avec des droits garantis. La lutte doit continuer pour les autres, il y a aussi la guerre en Ukraine, et des conflits dans 57 pays, a-t-elle ajouté. La militante a vu dans cette conférence une journée d’espoir. On doit maintenant se faire entendre par le monde, ça va prendre du temps, on est là pour vous aider et on va se battre à vos côtés, la lutte va continuer. Elle a également lancé un appel à la solidarité internationale.

Aujourd’hui je suis rassurée, j’avais le sentiment que l’Afghanistan était oublié à l’international, mais ce n’est pas le cas, le syndicalisme est comme une famille, et la voix de femmes afghanes a trouvé un écho, s’est réjouie une militante afghane.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : la grande cause nationale du quinquennat nécessite d’aller au-delà du droit constant !

Communiqué de FO par Marjorie Alexandre, Béatrice Clicq, Secteur Égalité professionnelle, Secteur Europe - International

Le 8 novembre dernier, la France a ratifié la Convention n° 190 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) relative à l’élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail (dont la violence fondée sur le genre). Depuis son adoption par l’OIT à l’occasion de son centenaire en (...)

Journée mondiale de la Femme – Focus sur la Convention d’Istanbul

International par Secteur Europe - International

À l’occasion de la journée internationale de la Femme le 8 mars prochain, retour sur la Convention internationale du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, ou plus communément appelé Convention d’Istanbul, en passe d’être ratifiée par l’Union Européenne et sur les actions au niveau européen et international dans le cadre de cette journée.