AFP : après le passage en force du PDG, les salariés ne baissent pas les bras

Emploi et Salaires par Clarisse Josselin

By David Monniaux (Own work) [GFDL, CC-BY-SA-3.0 or CC BY-SA 2.0 fr], via Wikimedia Commons

Malgré la très forte opposition du personnel, le P-DG de l’Agence France Presse (AFP) a confirmé le 16 juillet, en comité d’entreprise extraordinaire, son intention de dénoncer tous les accords sociaux et conventions de l’entreprise. Les syndicats ne participeront pas aux négociations.

Mettre à terre 60 ans d’acquis sociaux, c’était le seul point à l’ordre du jour du CCE du 16 juillet. Avant l’ouverture de la séance, une délégation composée d’élus et de salariés en grève avait demandé une nouvelle fois à Emmanuel Hoog de renoncer à son projet destructeur.

Il entend mettre en place un accord de substitution unique qui supprimerait tous les jours de RTT de la quasi-totalité des salariés et remettrait en cause l’ensemble des droits : congés, horaires et conditions de travail, salaires, emploi, plans de carrière…

Face à son refus, le comité d’entreprise s’est tenu en l’absence de tous les élus, « pour la première fois dans l’histoire de l’agence » souligne le syndicat des journalistes SGJ-FO.

Rendez-vous en septembre

Ce passage en force a été dénoncé par l’ensemble des syndicats de l’agence. Ils pointent dans un communiqué « un mépris vis-à-vis des organisations syndicales et du personnel ». Ils estiment également « par cet acte, le P-DG a ouvertement choisi de se couper de l’ensemble des salariés ».

Emmanuel Hoog a convoqué les syndicats dès le 20 juillet pour entamer les négociations. FO ainsi que les autres organisations s’y refusent. Elles se préparent par contre à lancer le combat sur le terrain juridique.

Les salariés, toutes catégories confondues, avaient cessé le travail du 7 au 9 juillet puis le 16 juillet, à l’appel de quatre syndicats dont FO. L’appel à la grève a été suspendu, mais les syndicats ont déjà donné rendez-vous en septembre aux salariés.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Conforama : Les salariés du dépôt de Béthune en grève !

Fédération FEC-FO par Employés et Cadres

Malheureusement, pour les salariés de Conforama, le seul moyen de se faire entendre de la direction est la grève. Négociations annuelles aux résultats pitoyables, manque cruel de personnel suite aux suppressions massives d’emploi, recours abusif à la polyvalence, absence totale de reconnaissance envers des salariés qui donnent tout à leur entreprise pour des salaires de misère…

Forfait-jours : temps de travail et traitement des absences

Durée du travail par Secteur juridique

Les salariés sous forfait annuel en jours ne sont pas soumis : à la durée légale hebdomadaire de travail de 35 heures ; à la durée quotidienne de travail effectif qui ne peut excéder 10 heures, sauf dérogations ; aux dispositions sur les durées maximales hebdomadaires (48 heures au cours d’une même semaine, dans la limite de 44 heures calculées sur une période quelconque de 12 semaines consécutives ou 46 heures après autorisation délivrée par l’autorité administrative).