AFPA : des annonces imminentes

Communiqué de FO par Nathalie Homand

Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

La Confédération accompagnée de la FNEC-FP et de la section fédérale de l’AFPA a été reçue hier par le nouveau président de l’AFPA et la directrice générale.

Le président de l’AFPA nous a confirmé que le 18 octobre prochain serait présenté « un projet de réorganisation de l’AFPA » lors du conseil d’administration et du CCE qui se tiendront le même jour à la même heure.

La délégation Force Ouvrière a réaffirmé son attachement à l’existence de l’AFPA sur ses missions historiques, proposer aux salariés et aux demandeurs d’emplois des formations qualifiantes.

FO a confirmé son opposition à la disparition du Congé Individuel de Formation (CIF) désormais intégré au Compte Personnel d’Activité (CPA).

La délégation a indiqué que l’État devait prendre ses responsabilités pour assurer la pérennité de l’AFPA. Ni les fermetures de centres, ni les fermetures de formations, ni les suppressions de postes et donc d’emplois ne seraient acceptables.

Le président et la directrice générale de l’AFPA, sans vouloir dévoiler les annonces qui seront faites le 18 octobre, ont indiqué qu’il s’agissait d’adapter l’AFPA au contexte marqué par l’aggravation des déficits et les conséquences de la concurrence en élargissant ses missions en direction des travailleurs les plus éloignés de l’emploi pour leur donner accès à l’employabilité.

Le président et la directrice générale n’ont pas dissimulé que les annonces à venir constitueraient un choc et indiqué qu’il y aurait ensuite une période de discussion jusqu’en mars prochain.

La délégation FO a confirmé ses demandes et revendications et exprimé sa disponibilité pour poursuivre les discussions à tous les niveaux sur l’avenir de l’AFPA.

Nathalie Homand Secrétaire confédérale au Secteur de l’Economie et du Service Public

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Privatisation de la Française des jeux

Communiqué de FO par Nathalie Homand

Adoptée dans le cadre de la loi PACTE, comme pour ce qui concerne ADP et Engie, la privatisation de la Française des jeux est en cours. La souscription est lancée aujourd’hui avant son entrée en Bourse prévue le 21 novembre. Cette cession représenterait près de 2 milliards d’euros de recettes.