Agriculture : quand la coopération agricole perd ses valeurs

Emploi et Salaires par FGTA-FO

By Thesupermat (Own work) [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Communiqué de la Fédération générale des travailleurs de l’agriculture, de l’alimentation, des tabacs et des services annexes Force Ouvrière

Le Salon international de l’agriculture ouvre dans quelques jours. La coopération agricole, secteur de la transformation des produits agricoles à destination des consommateurs, en sera un des acteurs majeurs. A cette occasion, il est donc bon de se rappeler quelles sont ses valeurs. Je cite : « En s’inscrivant résolument dans la valorisation à long terme, les coopératives peuvent construire dans la durée des politiques économiques et sociales. Ce mode de gouvernance offre aux salariés une lisibilité de leur activité professionnelle sur le long terme ».

Une fois de plus, le papier ne refuse pas l’encre, mais qu’en est-il réellement ?

Aucune vision, même à court terme, au niveau économique dans les secteurs que sont les entreprises vinicoles et celles de bétail et viande ! Y a-t-il encore une place à notre époque pour ce modèle économique et ses pseudo valeurs ?

Il est préférable en 2016 d’être salarié dans les branches industrielles des vins et spiritueux et de la viande où les grilles de salaire ont fait l’objet de revalorisation par accord. Négociations avortées, pas d’accord salarial en 2016 ! Les salariés sont oubliés une fois de plus ! La coopération agricole préfère utiliser cette manne financière dans les négociations avec les distributeurs !

Messieurs de la coopération il faudrait revoir votre charte ! La FGTA-FO sera toujours présente pour vous rappeler que les salariés de vos entreprises méritent un salaire décent !

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Sur le même sujet

Pendant que l’on fait salon à l’agriculture...

Revue de presse par Michel Pourcelot

Le Salon de l’Agriculture tenant son édition 2017 à Paris du 25 février au 5 mars 2017, la presse n’a pas manqué d’en faire une nouvelle fois tout un foin. Pas seulement à cause du passage plus ou moins obligé d’hommes politiques, mais parce que les petites entreprises agricoles n’en finissent pas de connaître la crise.