Agroalimentaire : la filière porcine au bord du gouffre

Emploi et Salaires par FGTA-FO

Communiqué de la Fédération générale des travailleurs de l’agriculture, de l’alimentation, des tabacs et des services annexes Force Ouvrière

Les événements s’accélèrent et la situation est si grave que la FNSEA se résout enfin à vouloir créer un fonds porcin. La différence de revenus entre les céréaliers et les éleveurs permettraient sûrement d’alimenter un tel fonds afin d’aider les éleveurs à traverser cette crise interminable.

Mais la solidarité est un vain mot dans le monde agricole ! Alors ce fonds mort-né aurait dû être payé une fois de plus par le consommateur final, mais celui-ci est aussi un salarié ! Et ce n’est pas vraiment le temps des porcs gras du coté des salaires mais plutôt celui des vaches maigres !

D’autres décisions pourraient être prises comme la mise en avant du porc français au travers du logo VPF qui permettrait au consommateur de faire un choix éclairé mais l’industrie charcutière, maillon incontournable de la filière, s’y oppose. Indiquer l’origine des viandes utilisées dans les plats préparés serait aussi une bonne idée, mais malgré l’initiative du gouvernement français, enfin conscient de la gravité de la situation, la Commission européenne reste passive...

La FGTA-FO s’inquiète. Après l’entreprise Gad, y aura-t-il une autre victime entraînant avec elle des centaines de salariés dans le chômage et la précarité !

Messieurs des pouvoirs publics et acteurs de la filière, la catastrophe est imminente. Il est de votre responsabilité de trouver une solution.

La FGTA-FO continuera de vous alerter ainsi que l’opinion publique dans l’intérêt des salariés.

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Sur le même sujet

Déboutés, les ex-salariés de Gad gardent espoir et vont faire appel

Agroalimentaire par Clarisse Josselin

Les 377 ex-salariés de l’abattoir de porcs Gad SAS de Lampaul-Guimiliau (Finistère), fermé fin 2013, ont été déboutés le 29 juin par le conseil des prud’hommes de Morlaix. Ils attaquent leur ancien employeur pour licenciement abusif et non respect de l’obligation de reclassement. Ils vont se pourvoir en appel.

Cooperl Arc Atlantique : FO exige une clarification sur la solution trouvée pour éviter la casse sociale

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

Un mois après que le numéro un de la filière porcine a menacé de fermer deux à trois usines, s’il devait payer l’amende de 35 millions d’euros, à laquelle l’Autorité de la concurrence l’a condamné pour entente sur les prix et qu’il conteste, les salariés restent sans nouvelles. Les élus FO exigent une clarification sur la solution trouvée pour éviter la casse sociale.