Aides personnelles au logement : en attendant la réforme, la casse continue !

Communiqué de FO par Nathalie Homand

© Michel GAILLARD/REA

En présentant les arbitrages du projet de loi de finances 2019, le gouvernement annonce le gel des APL et rappelle, dans la foulée, que la vraie réforme se fera l’année prochaine. Un artifice de communication qui présente ce gel comme une mesure de transition. Or, l’impact sera le même sur le budget des plus modestes avec une réduction du pouvoir d’achat puisque le montant de l’APL cette année ne tiendra pas compte de l’inflation …

La cible est toujours la même : la solidarité nationale, qui serait responsable d’un pognon de dingue, en toute irresponsabilité. Mais la présentation se veut plus habile que la catastrophique annonce 5 euros de l’année dernière : on parle de pourcentage, de ralentissement du taux de progression des dépenses… Il ne faut pas s’y tromper ! Il s’agit là encore de réduire le coût de la redistribution et de rogner les droits des ayants droits.

Force Ouvrière dénonce des mesures qui, une fois de plus, pénalisent les plus modestes. Les annonces budgétaires pour 2019 confirment la vision idéologique portée depuis plus d’un an : celle d’une politique menée au détriment des derniers de corvée. Notre Organisation réitère avec force son opposition à toute remise en cause de la légitimité du principe de redistribution, principe qui est l’un des fondements de notre modèle social et républicain et qui constitue l’une des avancées majeures de notre histoire sociale.

Une histoire que Force Ouvrière connait bien, pour la faire vivre depuis sa création ! C’est fière de ses conquêtes sociales et de ses victoires pour toujours plus de progrès social que notre Organisation s’érige en rempart face à cette tentative de destruction d’un idéal républicain. Loin de relever d’une logique de charité ou d’assistance publique, l’organisation des ressources relève de la mise en œuvre d’un autre principe républicain : celui d’égalité.

Enfin, Force Ouvrière rappelle que les aides personnelles sont des aides à la solvabilité : elles ne sont pas des « charges » mais un investissement générateur de pouvoir d’achat. À ceux qui considèrent que les 50 euros d’APL ne sont pas le summum de la lutte, nous répondons qu’ils participent d’une redistribution indispensable à une politique porteuse de justice sociale et respectueuse des valeurs d’égalité et de solidarité.

Nathalie Homand Secrétaire confédérale au Secteur de l’Economie et du Service Public

Les derniers communiqués Tous les communiqués

« Gouvernance » du système de retraites : pourquoi FO est opposée au principe même du régime unique par points ?

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Le gouvernement met en avant qu’il met en discussion la question de la « gouvernance » du système universel de retraites qu’il projette de mettre en place. Il tente là de se disculper du procès qui peut être fait de la mainmise de l’État au détriment du rôle des « partenaires sociaux » en insistant sur la place qu’il entend leur réserver dans la gouvernance.

Ouverture de la COP 25 : des mesures sociales doivent accompagner la transition vers une économie bas carbone

Communiqué de FO par Béatrice Clicq, Marjorie Alexandre

La Conférence des Parties (COP) s’ouvre cette semaine à Madrid. Depuis plusieurs années, FO est partie prenante de la délégation syndicale internationale, avec la CSI (Confédération syndicale internationale), pour y porter l’exigence d’une action coordonnée des États, intégrant l’impératif de la justice (...)

Non, la réforme des retraites ne réduira pas les inégalités femmes hommes !

Communiqué de FO par Béatrice Clicq, Michel Beaugas

L’un des arguments les plus souvent utilisés par les promoteurs du régime unique par points est qu’il améliorerait la situation des femmes à la retraite. Or l’Institut de la Protection Sociale (IPS) a publié un rapport pointant les impacts négatifs du projet qui conduirait de fait à « une baisse de retraite programmée pour de nombreuses femmes ».

Restructuration des branches : Le Conseil constitutionnel limite les pouvoirs du ministre du Travail

Communiqué de FO par Karen Gournay

Alors que la restructuration des branches de moins de 5000 salariés est quasiment terminée et que tout le monde reste dans l’attente du rapport Ramain qui doit préfigurer l’acte 2 du processus, la décision du Conseil constitutionnel du 29 novembre 2019 vient réaffirmer la valeur constitutionnelle de la liberté contractuelle et limiter l’immixtion du ministère du Travail en matière de négociation collective.