Air France : FO refuse de signer le PDV-PSE

InFO militante par  Michel Pourcelot, L’Info Militante

© Laurent GRANDGUILLOT/REA

Premier syndicat de la compagnie, FO Air France a refusé de signer le PDV-PSE qui inclut notamment des mobilités devant s’avérer forcées. Le plan a néanmoins été validé, deux autres syndicats ayant signé cet accord dès lors considéré comme majoritaire. FO continue de négocier sur l’activité partielle de longue durée (APLD).

Établi dans le cadre du « plan de transformation » d’Air France post-Covid-19, le PDV-PSE [intitulé « Plan de sauvegarde des emplois intégrant un plan de départs volontaires Personnel au sol »] proposé par la direction n’a pas reçu, le 24 septembre, l’aval de FO Air France, premier syndicat de la compagnie. Raison : ce plan revêt un caractère bien particulier, car il peut se traduire par des mobilités contraintes et des licenciements pour les collègues du court-courrier. FO refuse ce scénario..

FO a fait des propositions…

Le syndicat a rappelé que l’un de [ses] objectifs dans les négociations visait à améliorer substantiellement les conditions de départs afin de favoriser une adhésion massive au volontariat réduisant ainsi la menace de mobilité et donc de départs contraints. Pour ce, il a produit des propositions concrètes pour le maintien des salariés dans leur bassin d’emploi mais la direction n’a permis à aucun moment au dialogue social d’aller dans ce sens.

…mais où est le dialogue social ?

Le secrétaire général de FO Air France, Christophe Malloggi déplore également la logique de la direction qui s’est arc-boutée sur les modalités d’accompagnement et non sur le PSE et le nombre d’emplois supprimés. Le militant s’indigne : nous considérons que la direction n’a pas rempli son obligation de dialogue social, contrepartie nécessaire pourtant pour obtenir les aides du gouvernement (7 milliards d’euros) qui, soit dit en passant, étaient assorties de conditions portant sur l’écologie, mais pas sur les emplois.

Depuis début septembre, le syndicat est d’ailleurs fortement engagé dans les négociations sur l’APLD (activité partielle de longue durée), mise en place pour aider les entreprises à faire face à l’impact de la crise sanitaire et nécessitant un accord : On va pousser pour essayer de retarder les licenciements secs pendant la durée de l’accord, indique Christophe Malloggi. Pour FO Air France, le salarié Air France ne doit pas payer cette crise deux fois. Une fois en tant que contribuable et une autre en tant que salarié.

Sombre horizon

Aujourd’hui les escales de province et demain, à qui le tour ? s’alarme Christophe Mallogi. Pour l’instant, les suppressions d’emploi frappent surtout les vols domestiques, le court courrier, avec pour principale victime la filiale interrégionale Hop !, qui perd près de la moitié des quelque 2 420 emplois et dont l’activité a été grandement transférée à Air France et à sa filiale low cost Transavia. Et la DS du syndicat FO Hop !, Séverine Pellaudin, de s’interroger devant la réouverture de certaines lignes avec des avions de 200 places en pleine résurgence de la pandémie de Covid-19. Difficile d’être ainsi rentables…

 Michel Pourcelot Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Congrès FO Métaux : aucun licenciement contraint, c’est possible

InFO militante par Evelyne Salamero, L’Info Militante

« Notre industrie, nos emplois ! » est le slogan officiel de la fédération FO de la métallurgie depuis plusieurs années. Mais à l’heure où la crise sanitaire menace d’emporter des dizaines de milliers d’emplois dans son sillage, les métallos FO l’ont réaffirmé avec une vigueur redoublée lors du 23e congrès de leur fédération, du 7 au 9 octobre, au Palais des Congrès Acropolis de Nice.

Résolution du Comité confédéral national de FO des 23 et 24 septembre 2020

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 23 et 24 septembre 2020, le CCN rappelle son indépendance à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques. Il réaffirme d’une façon générale son opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical, rappelant par là le préambule des statuts de la CGT-FO.