Air France : le soutien renforcé de l’État essentiel à la préservation des emplois

InFO militante par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

© Laurent GRANDGUILLOT/REA

Le 18 février Air France-KLM annonçait ses résultats : avec un trafic passager en recul de 67,3% l’an dernier, le chiffre d’affaires a chuté de 59% à 11,1 milliards d’euros. La visibilité sur la reprise de la demande est toujours limitée indique le groupe pronostiquant toutefois une reprise du trafic au cours des deuxième et troisième trimestres 2021 grâce au déploiement du vaccin.

Depuis le début de la crise, Air France-KLM a reçu des aides publiques à hauteur de 10 milliards d’euros, dont sept de la part de la France sous forme de prêts directs et prêts garantis. Pour FO, ce soutien ainsi que les mesures d’activité partielle sont insuffisantes, il est nécessaire d’assurer la garantie de l’État français (en lien avec l’état néerlandais pour ce qui relève de KLM) à plus long terme. Cela doit passer a minima par la transformation des aides financières avancées en recapitalisation de la compagnie.

Des chiffres inquiétants

Mais pour un tel soutien, la commission de la concurrence européenne demande au groupe des contreparties au risque que cela lui soit préjudiciable à l’avenir. Pour FO-Air France, le principe est révoltant alors que des centaines de milliers d’emplois directs et indirects sont en danger. Le syndicat souligne ainsi que la commission met en danger le rétablissement des grandes compagnies aériennes européennes.

Air France-KLM poursuit ses plans de suppression d’emplois, d’avant crise, soit la GPEC 2020-2022 qui comprend pour Air France des plans de départs de personnels au sol, de PNC et de pilotes, sans compter le plan social chez Hop souligne Christophe Malloggi pour FO Air France. Selon le groupe les effectifs ont reculé de 10% en 2020 avec 3600 emplois en moins à Air France, 5 000 chez KLM. Le 18 février, le directeur financier du groupe, Frédéric Gagey indiquait, lui, que des plans en cours permettront encore d’accompagner environ 900 départs chez KLM et environ 4 900 chez Air France. Des mesures indispensables selon lui.

Récemment, l’annonce chez Air France de la fermeture, programmée d’ici quelques mois, de trois bases régionales (Nice, Toulouse, Marseille) a jeté le trouble. Les conditions d’emploi de 300 à 400 personnels navigants commerciaux (PNC) basés, jusque-là, dans ces villes seraient impactées. Des PNC qui d’ores et déjà préviennent qu’ils n’entendent pas faire les frais de la crise Covid.

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Air France – l’Etat doit garantir l’avenir de la compagnie

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Dans un contexte d’incertitude prolongée pour le secteur aérien, du fait des restrictions de circulation et fermetures de frontières, et alors que la crise sanitaire n’empêche pas des mouvements de capitaux, rachats et restructurations inquiétants quant aux conséquences à terme pour les entreprises, (...)