Alberto Contador | Le défi fou

Les quatre favoris du Tour

Article publié dans le cadre de la campagne Tour de France 2015

C’est un pari insensé, un exploit que personne n’a réussi depuis Marco Pantani en 1998. À 32ans, Alberto Contador s’est mis en tête de remporter, dans la même saison, le Tour d’Italie, disputé en mai, et le Tour de France, qui démarre cinq semaines après la fin du Giro. Depuis des années, les coureurs de grands tours ont pris l’habitude de choisir entre ces deux courses, persuadés que le « doublé » est impossible. Contador, d’ailleurs, s’y était essayé en vain en 2011 : vainqueur du Tour d’Italie (il a été déclassé par la suite), il avait marqué le coup en juillet, ne terminant que cinquième à Paris, assez loin du vainqueur, Cadel Evans, et de ses premiers poursuivants. Il lui faudra les meilleures jambes pour réussir ce pari : il les avait sans doute l’an passé, mais une chute dans les Vosges l’avait contraint à un abandon prématuré. L’Espagnol s’est vengé depuis en remportant le Tour d’Espagne, mais il a semblé plus en retrait en début d’année 2015. Pour mieux briller en juillet ?

Plus dans la campagne Tour de France 2015
Tous les articles de la campagne

Le Tour et sa logistique | Derrière les coureurs...

Tour de France 2015

Chaque équipe qui participe au Tour de France y aligne neuf coureurs. Mais pour qu’ils puissent pleinement s’exprimer sur la course, sans perdre d’énergie inutilement, ceux-ci bénéficient de l’attention permanente d’un staff nombreux.

Le Tour de A à Z : Wiggins

Tour de France 2015

Le champion britannique restera à jamais le premier sujet de sa Majesté à avoir remporté le Tour de France, en 2012. Trois ans plus tard, sa vie a bien changé : Sir Bradley a pris sa retraite sur route pour revenir à ses premières amours, la piste, en vue des JO de Rio en 2016. Et au rayon des cadors (...)

Le Tour de A à Z : Kilomètre 0

Tour de France 2015

Les baroudeurs le guettent, prêts à bondir pour former l’échappée du jour. Car il faut savoir que lorsque le peloton prend le départ d’une étape, celui-ci est dit « fictif » : les coureurs se lancent en fait dans un défilé « au pas » dans les rues de la ville départ. Un peu plus loin il y a le fameux (...)