Allemagne : combines patronales et laxisme gouvernemental freinent l’application du salaire minimum

Europe par Evelyne Salamero, journaliste L’inFO militante

Moins d’heures déclarées, des pourboires redistribués en salaires, des outils facturés aux salariés… Les employeurs allemands, théoriquement obligés d’appliquer un salaire minimum de 8,5 euros l’heure depuis le 1er janvier, multiplient les combines pour y échapper. La confédération DGB dénonce le laxisme du gouvernement et revendique « l’instauration d’un droit à déposer plainte ». La loi, rappelle-t-elle, écarte déjà du salaire minimum les moins de 18 ans, les chômeurs de longue durée (pendant six mois après leur retour à l’emploi) et, jusqu’en 2017, les salariés de plusieurs branches. 

Sur le même sujet

Allemagne : un projet de salaire minimum… sans les jeunes

International

La ministre du travail allemande Andrea Nahles a précisé mercredi 19 mars le projet de salaire minimum qui doit entrer en vigueur en janvier 2015. L’enjeu portait sur d’éventuelles exemptions contre lesquelles le DGB s’était élevé à de nombreuses reprises depuis plusieurs semaines.

Allemagne : premier bilan positif du salaire minimum

La lettre électronique @ ctualités Europe – International n°30 par Secteur Europe - International

Mi-septembre, le DGB a présenté un premier bilan du salaire minimum en Allemagne, entré en vigueur le 1er janvier dernier. L’introduction de ce salaire minimum a essentiellement bénéficié aux travailleurs les moins qualifiés, en particulier dans les régions de l’ex-Allemagne de l’est avec des hausses de (...)