Amiante dans les égouts : grève illimitée à Eau de Paris

Toute l’actualité par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

© Gilles ROLLE/REA

Des salariés d’Eau de Paris sont en grève illimitée depuis le 25 février dernier pour obtenir des compensations à l’exposition au risque amiante.

A Eau de Paris (régie autonome de la ville de Paris chargée de l’approvisionnement en eau de Paris), des salariés sont en grève illimitée depuis le 25 février dernier et ont même battu le pavé de la place de Grève demandant à être reçu par la maire de Paris. Le problème se situerait plutôt sous les pavés : en 2014, ils avaient appris que quelque 30 % des 1700 km de conduites souterraines sur lesquelles ils travaillaient au quotidien étaient « amiantées ». Et donc qu’ils avaient été exposés pendant des années aux particules d’amiante ainsi qu’aux HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) contenus dans le revêtement de ces conduites. Il s’agit d’un revêtement bitumineux en brai de houille (également cancérogène), appelé glutinage, qui comprend souvent de l’amiante dont les fibres se dispersent quand on travaille à même la canalisation.

Où est la sortie ?

Après une grève de plusieurs jours en mars 2014, une sortie de conflit avait été trouvée, la Mairie et sa régie s’étant « engagées dans une compensation de l’exposition [aux] risques ». Mais « rien n’a été fait depuis », ont déploré plusieurs syndicats, dont FO, dans un communiqué commun. Et ce alors même que l’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, a publié en juin 2016 un avis « relatif aux facteurs de risques professionnels éventuellement en lien avec la surmortalité des égoutiers » et en 2017 des recommandations pour améliorer les conditions de travail des égoutiers.

Sur le même sujet

Amiante : élargissement en trompe l’œil du préjudice d’anxiété

Justice par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

Tous les salariés exposés à l’amiante et présentant un risque élevé de tomber malade pourront demander réparation pour préjudice d’anxiété, selon un arrêt de la Cour de cassation du 5 avril. Mais c’est à eux d’apporter la preuve de leur exposition à l’amiante il y a de nombreuses années, une mission quasi impossible selon FO.