Anne-Marie, J’ai déployé mes ailes dans le syndicalisme

Portrait par  Maud Carlus, L’Info Militante

Anne-Marie avec son cheval Rafale.

Anne-Marie Lebis, 57 ans, est auxiliaire vétérinaire depuis trente-cinq ans. Elle est devenue militante FO en 2010, après avoir constaté le manque d’accès aux informations sur le droit du travail au sein des TPE de sa branche.

Vous savez, je reçois des appels de collègues auxiliaires tous les jours, et de toute la France. En une dizaine d’années, Anne-Marie Lebis est devenue une référence pour toute une profession. Au fil de sa carrière d’auxiliaire vétérinaire, dans le Finistère, elle s’aperçoit qu’il est bien difficile d’obtenir des informations claires sur le droit du travail. J’ignorais mes droits et, surtout, je ne savais pas vers qui me tourner, raconte cette cavalière émérite qui partage sa passion avec son mari, vétérinaire.

En 2010, elle cherche à contacter les signataires de la convention collective la concernant. Et là, surprise : c’est FO qui en est à l’origine. Anne-Marie se rapproche alors de l’Union nationale de la santé privée FO et de sa secrétaire générale d’alors. Le syndicalisme, c’est une histoire de rencontres, sourit Anne-Marie.

Elle adhère à FO, puis elle contacte le groupement départemental de la santé privée. Débute alors sa formation syndicale, comme elle l’appelle. Dans la foulée, Anne-Marie crée un site Internet consacré aux problématiques que rencontrent ses collègues auxiliaires spécialisés vétérinaires (ASV), « asvinfos.com ».

Une méconnaissance du syndicalisme

Les ASV, profession exercée à 97 % par des femmes, travaillent souvent dans des TPE. Il n’y a pas de tradition syndicaliste chez nous, détaille la militante. Les horaires sont pénibles, on enchaîne souvent douze heures par jour, pour des salaires peu attrayants. Et puis il y a un gros roulement. En moyenne, les ASV changent de métier au bout de six ou neuf ans. Donc, impossible de se transmettre les infos.

Résultat, ces salariées, souvent de très jeunes femmes, se retrouvent seules face à des problèmes de tout ordre (non-paiement des heures sup, refus de vacances,...) et ne savent pas se défendre. Et, au quotidien, les relations peuvent parfois se compliquer avec un employeur que l’on côtoie en permanence, insiste-t-elle. Elle est ainsi devenue une référence de soutien pour ces salariées, à qui elle vient également en aide via un groupe Facebook, où elle les renseigne, les informant aussi que le droit n’est pas écrit dans le marbre, c’est une matière qui évolue.

 Les gens ont une méconnaissance du syndicalisme et de son action. Ils pensent que les avancées sociales sont le fait de l’État. Mais pas du tout, c’est le fait du syndicalisme ! Et, insiste par ailleurs la militante, qui deviendra le 11 mars vice-présidente de la commission d’apprentissage (COMAP) de l’organisation paritaire OPCO EP (opérateur de compétences des entreprises de proximité, cinquante-quatre branches professionnelles), l’engagement à FO est extraordinairement épanouissant. On rencontre des gens aux dimensions intellectuelles et philosophiques inspirantes. J’ai vraiment déployé mes ailes dans le syndicalisme. Aujourd’hui, Anne-Marie Lebis poursuit son engagement au sein de FO pour venir en aide aux ASV des TPE et transmettre des valeurs syndicalistes qui lui sont chères : FO m’a permis de m’impliquer dans la société, pour qu’elle soit plus juste.

Sur le même sujet

Jean-Claude Mailly (FO) : « Je crains une dérive à l’anglo-saxonne »

Les Echos | le 25 mai 2015

« Le leader syndical tire à boulets rouges contre le projet de loi sur le dialogue social « qui porte mal son nom ». Il redoute une inversion de la hiérarchie des normes. FO est « dans une logique d’accord » sur l’Agirc-Arrco. », Leïla de Comarmond et Solveig Godeluck

Jean-Claude Mailly en visite dans un salon de coiffure

#TPE2016 - La grande élection syndicale par Evelyne Salamero

C’est parti. La confédération FO a commencé sa campagne pour les élections dans les TPE (Très petites entreprises) de décembre 2016 par une visite du secrétaire général Jean-Claude Mailly dans un salon de coiffure parisien. Franck Provost, créateur du groupe qui porte son nom, l’a accueilli en personne (...)