Après les promesses de la direction, la grève est suspendue à la Cooperl

Filière porcine par Clarisse Josselin

Après douze jours d’une grève historique à l’appel de plusieurs syndicats, la direction de la Cooperl, groupe coopératif de production porcine, a promis l’ouverture de négociations sur les conditions de travail et les salaires. Les salariés, qui ont repris le travail le 14 mars, restent vigilants.

FO faisait partie des syndicats ayant lancé la grève lancée pour défendre les salaires et les conditions de travail à la Cooperl, coopérative de production porcine et leader français du secteur. Elle est momentanément levée . Les salariés du site de Lamballe (Côtes d’Armor) ont repris le travail le 14 mars, après douze jours de mobilisation, la plus longue jamais menée dans cette entreprise créée il y a cinquante ans.

La prime d’ancienneté maintenue

La direction, murée dans le silence depuis le début de la grève, a accepté le 11 mars de renouer le dialogue avec les organisations syndicales. Dans un courrier adressé aux salariés, elle s’est engagée à ne pas modifier les règles de calcul de la prime d’ancienneté. Elle promet aussi l’ouverture dès ce mois de mars de négociations « sur les conditions de travail et le respect des personnes dans l’entreprise ».

Les salariés étaient mobilisés depuis le 25 février pour s’opposer aux mesures de restrictions salariales imposées dans le cadre des négociations annuelles obligatoires : gel des salaires et révision à la baisse du mode de calcul de la prime d’ancienneté et du 13è mois.

Une perte de 600 euros par mois

Cela aurait représenté jusqu’à 600 euros bruts de perte de salaire par an, alors que la rémunération moyenne à la production ne dépasse par 1400 euros par mois.

Les salariés, qui avaient le soutien du préfet, des élus, de la direction du travail (Directe) et des éleveurs de porcs, dénonçaient aussi des conditions de travail très éprouvantes, avec des cadences infernales – jusqu’à 700 porcs par heure - et un taux très élevé d’accidents du travail et de maladies professionnelles.

D’après le courrier de la direction, d’autres négociations seront lancée sur « la structuration de l’ensemble des primes ». Un audit sera mené sur l’accord d’aménagement du temps de travail (Ases) signé en 2013. Et à la demande de FO, les pertes de salaire liées aux jours de grève seront étalées sur six mois.

Les salariés prêts à se remobiliser

« La direction s’est aussi engagée à nous donner toutes les données financières, et notamment les aides dont peut bénéficier l’entreprise, explique Pierre Kamdom, secrétaire adjoint FO à Lamballe. On va voir comment se déroulent les négociations, mais les gens sont prêts à se remobiliser si les engagements ne sont pas tenus. »

Des débrayages et des grèves avaient également été lancés sur les sites de Lyon, Montfort-sur-Meu et Loudéac. Le groupe emploie 5 000 salariés dont 2 300 à Lamballe.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Cooperl Arc Atlantique : FO exige une clarification sur la solution trouvée pour éviter la casse sociale

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

Un mois après que le numéro un de la filière porcine a menacé de fermer deux à trois usines, s’il devait payer l’amende de 35 millions d’euros, à laquelle l’Autorité de la concurrence l’a condamné pour entente sur les prix et qu’il conteste, les salariés restent sans nouvelles. Les élus FO exigent une clarification sur la solution trouvée pour éviter la casse sociale.

Déboutés, les ex-salariés de Gad gardent espoir et vont faire appel

Agroalimentaire par Clarisse Josselin

Les 377 ex-salariés de l’abattoir de porcs Gad SAS de Lampaul-Guimiliau (Finistère), fermé fin 2013, ont été déboutés le 29 juin par le conseil des prud’hommes de Morlaix. Ils attaquent leur ancien employeur pour licenciement abusif et non respect de l’obligation de reclassement. Ils vont se pourvoir en appel.

Dialogue social bafoué à la Cooperl

Agriculture par FGTA-FO

Ce qui se passe à la Cooperl, premier groupe coopératif porcin à Lamballe (22), est peut-être un avant-goût de ce qui pourrait se passer dans les entreprises en cas d’adoption de la loi El Khomri.