De Noirmoutier aux Champs-Élysées, trois semaines de rêve

Après une première partie loin des sommets mais...

Recommander cette page

Après une première partie loin des sommets mais non dénuée d’embûches, le Tour entre dans les Alpes à Annecy, pour trois étapes de haute volée – pas moins de onze cols en trois jours ! L’heure de vérité a sonné pour les candidats à la victoire finale.

Lundi 16 juillet 2018
Repos - Annecy

Mardi 17 juillet 2018
Dixième étape

Annecy – Le Grand-Bornand (159 km)
La séquence alpine démarre avec un parcours 100 % tracé en Haute-Savoie, qui évite soigneusement la haute altitude (1 618 mètres au mieux) mais pas les difficultés : quatre cols s’enchaînent, dont la très difficile montée du plateau de Glières (6 km à 11,2 %), où les coureurs emprunteront une route non goudronnée l’espace de deux kilomètres, puis l’enchaînement final du col de Romme (8,8 km à 8,9 %) et du col de la Colombière (7,5 km à 8,5 %), qui se suivent sans répit. Au sommet de la Colombière, il ne reste plus qu’un toboggan de quinze kilomètres jusqu’à la ligne…

Mercredi 18 juillet 2018
Onzième étape

Albertville – La Rosière Espace San Bernardo (108 km)
À force, on finit par s’habituer : cette année encore, les organisateurs du Tour ont décidé de proposer des étapes de montagne très courtes, censées favoriser les offensives de loin. Cette onzième étape ne fait donc que 108 petits kilomètres, un parcours suffisant pour enchaîner pas moins de quatre ascensions ! Dès le départ, la montée de Bisanne (12,4 km à 8,2 %) va servir de tremplin vers la double ascension du col du Pré (12,6 km à 7,7 %, deuxième partie très dure) et du Cormet de Roseland (5,7 km à 6,5 %), avant une redescente vers le pied de la montée finale de La Rosière. Sur cette première arrivée au sommet de ce Tour, les coureurs devront dompter une montée assez longue (17,6 km à 5,8 %) mais très roulante sur sa fin. Pour les grimpeurs, il faudra donc forcément attaquer plus tôt pour faire des écarts. Il y a de quoi faire !

Jeudi 19 juillet 2018
Douzième étape

Bourg-Saint-Maurice Les Arcs – Alpe d’Huez (175 km)
Quoi de mieux qu’une étape qui enchaîne les classiques pour clore le triptyque alpin ? Madeleine (25,3 km à 6,2 %), Croix-de-Fer (29 km à 5,2 %), Alpe d’Huez (13,8 km à 8,1 %) : trois cols hors catégorie qui ont écrit la légende du Tour de France s’enchaînent sur cette douzième étape où les coureurs franchiront la barrière des 2 000 mètres d’altitude. La décision se fera sur les 21 lacets les plus célèbres du cyclisme, la mythique ascension finale de l’Alpe d’Huez, où la foule s’annonce comme toujours monstre.