ArcelorMittal France et Méditerranée : FO signe les NAO !

Fédération FO Métaux par Métaux

© Franck CRUSIAUX/REA

Communiqué de FO Métaux

Malgré le contexte particulièrement difficile du secteur sidérurgique, la crise sanitaire de la Covid-19 et les répercussions économiques négatives pour les deux plus grandes sociétés du groupe ArcelorMittal en France, des accords d’évolutions salariales ont pu être trouvés.

Face à l’ampleur de la crise sanitaire, les salariés ont relevé l’ensemble des défis pour assurer la production et honorer les commandes envers les clients. En plus des contraintes normales qui sont déjà fortes, les salariés ont consenti des efforts complémentaires (adaptabilité face aux contraintes sanitaires et de sécurité, flexibilité, chômage partiel…). Celles-ci ont trouvé écho dans les revendications des équipes FO Métaux AMF-AMED et ont permis d’obtenir dans la négociation des compensations sur la rémunération des salariés.

  Augmentation générale à hauteur de 0,6 % ;
  Des augmentations individuelles avec un budget de 0,8 % ;
  Des augmentations promotionnelles à discrétion de la direction et en complément du budget des augmentations individuelles ;
  Une prime exceptionnelle dite « de pouvoir d’achat » de 500 € nets.

Réalistes et déterminées, les équipes FO Métaux ont décidé de signer les accords et de faire bénéficier les salariés des avancées obtenues par la négociation.

Les équipes syndicales FO Métaux des autres sociétés ArcelorMittal du groupe en France sont toujours en cours de négociation afin d’obtenir également des évolutions de rémunération.

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

NAO Transport Routier de Marchandises 2020 : la grande désillusion, une nouvelle fois !

Fédération FO Transports par Transports et logistique

Alors que les résultats des entreprises du Transport Routier de Marchandises (TRM) ont été plus qu’excellents en 2019, que l’ensemble de la chaîne du transport routier (la deuxième ligne) a répondu présent lors de la première vague de la Covid-19, que nous avons toujours un très gros problème d’attractivité dans les métiers du transport par route.