Areva : après les annonces du gouvernement, FO attend de pied ferme la négociation du 9 juin

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero

Le 2 juin 2015, Marcoule (30).

Au lendemain d’une grève sans précédent des salariés d’Areva, à l’appel de FO et de quatre autres organisations syndicales, contre le démantèlement du groupe et pour la défense des emplois, l’État s’est engagé mercredi 3 juin au soir à renflouer de sa poche, en partie, les finances d’Areva, qui lui appartient à 87%, tout en tranchant en faveur d’une reprise par EDF (également propriété publique à 84,5%) de la majorité de son activité réacteurs.

La ministre de l’Énergie, Ségolène Royal, a indiqué que le montant de la recapitalisation par l’État ne sera fixé qu’à l’issue des négociations entre EDF et Areva, qui doivent durer un mois. « Il faut faire l’inventaire de l’ensemble des besoins, des autres ressources financières qui peuvent être mobilisées », a-t-elle souligné.

Pour FO, le plan de restructuration doit être remis à plat

Ce 4 juin, les délégués FO Areva prennent acte des décisions annoncées, tout en soulignant qu’« à ce stade seule la partie capitalistique est traitée, sans qu’une véritable stratégie industrielle soit réellement définie ». Ils rappellent donc que FO reste opposée à l’objectif de réduction de la part du nucléaire dans la production électrique en France et que « le financement d’installations fiables et sûres doit rester la priorité ».

De plus, avertissent-ils, dès la prochaine négociation, le 9 juin, ils exigeront « la remise à plat » du projet de restructuration présenté par la direction d’Areva. Celle-ci entend notamment supprimer entre 5 000 et 6 000 postes dans le monde, dont 3 000 à 4 000 en France.

« Si FO s’inscrit pleinement dans le dialogue social, soulignent les délégués FO, nous ne pourrons cautionner un monologue de notre DRH qui poursuivrait comme si rien de nouveau n’était intervenu. »

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

FO refuse l’atomisation de la filière nucléaire civile

Centrales par Evelyne Salamero

« Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage »… Le fameux proverbe s’appliquerait-il aussi au nucléaire ? Plusieurs indices le laissent soupçonner.
L’anomalie de fabrication de la cuve du réacteur de la centrale nucléaire en cours de construction à Flamanville (Manche) défraye la chronique. La cuve a été (...)

Faut-il démembrer le soldat Areva ?

Revue de presse par  Michel Pourcelot

Quel avenir pour Areva, avec un plan de redressement sur les rails, une énorme dette et des pertes colossales, de près de cinq milliards d’euros, ostensiblement affichées fin février ? L’intérêt marqué d’entreprises chinoises, mais aussi d’Engie, soit GDF Suez fraichement rebaptisé, a été récemment mis en (...)

Crise Areva : Pour FO les annonces sont suicidaires et inacceptables

Communiqué de la Fédéchimie FO - Nucléaire par Fédéchimie

Voici les grandes lignes de ce qui a été annoncé ce matin aux coordinateurs syndicaux Areva (de 8h00 à 10h00) : suppression de 3 000 à 4 000 emplois Areva en France en 3 ans (sur un effectif d’environ 28 000), si possible au volontariat ; baisse de 15% des dépenses (y compris masse salariale) ; (...)