Areva : l’emploi sévèrement touché

Emploi et Salaires par Françoise Lambert, journaliste L’inFO militante

Le groupe nucléaire Areva a annoncé le 7 mai la suppression prochaine de 5 000 à 6 000 emplois dans le monde, dont 3 000 à 4 000 en France. Après avoir enregistré une perte record de 4,8 milliards d’euros l’an dernier, la multinationale, forte de 44 000 salariés dans le monde dont 29 000 salariés en France, avait fait part de sa volonté de réduire ses coûts de 1 milliard d’euros par an.

Le spécialiste du nucléaire, détenu à près de 87 % par des capitaux publics, a indiqué que le plan de redressement comprendrait des suppressions d’emplois, des mesures de réorganisation du travail, de la mobilité interne et des modérations de rémunération, et précisé que le chiffre exact des suppressions de postes dépendra des négociations avec les syndicats. La direction estime que son plan est nécessaire pour assurer les investissements et le développement d’Areva. Les syndicats, dont FO, dénoncent « les efforts demandés aux seuls salariés sans ouvrir aucune perspective sur le maintien de la filière ».

« Tout le monde se focalise sur les dettes et sur le manque de capitaux, sans regarder le potentiel de l’entreprise, déplore Éric Devy, délégué syndical central FO. N’oublions pas qu’Areva a fait 735 millions d’excédent brut d’exploitation en 2014. »

L’union syndicale FO des syndicats de l’Énergie nucléaire, de la recherche et des activités connexes a condamné le 7 mai les annonces de la direction d’Areva, cela alors que « le gouvernement n’a pas encore annoncé la nouvelle organisation du groupe ». Le plan de financement d’Areva, qui devrait reposer sur un rapprochement avec l’électricien public EDF, n’a toujours pas été dévoilé. Les discussions sont en cours, notamment avec l’État, et deux scénarios sont en lice : une cession totale de la filiale Areva NP (ingénierie et réacteurs) à EDF ou une cession partielle de la seule ingénierie à l’opérateur public. La Fédération FO de la Métallurgie a immédiatement déploré l’absence de stratégie industrielle et dénoncé que seuls les enjeux financiers semblent guider les choix des dirigeants de l’entreprise et de l’État français. La Fédération FO Énergie et Mines a dit, pour sa part, son désaccord d’une participation d’EDF au sein du capital d’Areva, estimant que les problèmes financiers rencontrés par le géant du nucléaire n’étaient dus « ni à son personnel, ni à EDF », mais à une « attitude défaillante de l’État ».

La confédération FO avait estimé fin avril qu’il était « de la responsabilité de l’État de financer une recapitalisation d’Areva.

Sur le même sujet

Faut-il démembrer le soldat Areva ?

Revue de presse par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

Quel avenir pour Areva, avec un plan de redressement sur les rails, une énorme dette et des pertes colossales, de près de cinq milliards d’euros, ostensiblement affichées fin février ? L’intérêt marqué d’entreprises chinoises, mais aussi d’Engie, soit GDF Suez fraichement rebaptisé, a été récemment mis en (...)

Areva : très forte mobilisation pour sauver l’emploi et l’avenir de la filière

Nucléaire par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

Plus de 3 000 manifestants sont venus de toute la France, le 15 septembre, pour crier leur colère devant le siège d’Areva, à La Défense, à l’appel de l’intersyndicale. Le groupe nucléaire compte toujours supprimer 6 000 emplois, dont 4 000 en France. Et la majeure partie de l’activité des réacteurs doit être cédée à EDF.

Crise Areva : Pour FO les annonces sont suicidaires et inacceptables

Communiqué de la Fédéchimie FO - Nucléaire par Fédéchimie

Voici les grandes lignes de ce qui a été annoncé ce matin aux coordinateurs syndicaux Areva (de 8h00 à 10h00) : suppression de 3 000 à 4 000 emplois Areva en France en 3 ans (sur un effectif d’environ 28 000), si possible au volontariat ; baisse de 15% des dépenses (y compris masse salariale) ; (...)