Argentine : grève générale contre une batterie de mesures antisociales

InFO militante par Fanny Darcillon, L’Info Militante

© Martin Cossarini/ZUMA-REA

Un mois et demi après l’arrivée au pouvoir de Javier Milei, la population descend dans la rue à l’appel des centrales syndicales.

L’Argentine n’est pas à vendre ! Le 24 janvier, cette nation d’Amérique latine a décrété la grève générale contre la politique de son nouveau président, Javier Milei, entré en fonction le 10 décembre. En quarante ans de démocratie, c’est la première fois qu’un dirigeant argentin s’attire un tel mouvement de colère un mois et demi seulement après son arrivée au pouvoir. En cause, un méga-décret et une avalanche de projets de loi ayant pour but de déréguler l’économie, d’instaurer l’austérité dans le secteur public, de limiter la protection des travailleurs et de criminaliser la contestation sociale.

À l’unisson des voix argentines qui s’élevaient ce jour-là, des manifestations ont eu lieu à Paris devant l’ambassade d’Argentine et dans de nombreux autres pays du monde. Nous avons été sollicités par les syndicats locaux pour soutenir leur mouvement, explique Branislav Rugani, secrétaire confédéral au secteur international de FO. La solidarité internationale est dans l’ADN du syndicalisme français, notamment de Force Ouvrière.

Les droits de grève et de manifestation menacés

Face au péril ultralibéral, les trois centrales syndicales du pays – CGT-RA, CTA-T et CTA-A – sont unies dans l’action. Elles s’alarment notamment des mesures antisociales à venir : extension de la période d’essai des salariés de trois à huit mois, baisse des indemnisations pour licenciement, entraves au droit de grève, etc. Le droit de manifester est également menacé : la pratique des piquetes – blocages de la circulation routière – pourrait être punie d’une suspension des allocations.

Les syndicats usent donc de tous les moyens à leur disposition pour limiter la casse. Une dizaine de recours ont d’ores et déjà été déposés devant la justice. Le 3 janvier, cette dernière a suspendu les mesures du méga-décret concernant le droit du travail, assénant un premier revers au gouvernement. Alors que ses réformes doivent être examinées au Parlement, où il ne dispose pas de la majorité, l’exécutif a annoncé le 26 janvier faire marche arrière sur le volet fiscal de ses projets de loi.

Sur le même sujet

En France, l’OFCE prévoit 127 000 chômeurs de plus en 2014 et 2015

Le prix de l’austérité par Mathieu Lapprand

Pour l’OFCE, la croissance repartirait en France pour les deux prochaines années. Un redémarrage de 1,2% en 2014 et de 1,6% en 2015, contre 0,3% l’an passé. Mais ce redémarrage est contrarié par la poli­tique d’austérité qui, selon l’organisme, coûtera 0,9 point de croissance en 2014 et 0,7 (...)

Une étude montre que les inégalités s’accroissent

Statistiques par Mathieu Lapprand

En 2011, la pauvreté augmente tandis que les plus aisés poursuivent leur enrichissement. Le constat dressé par l’Insee montre que l’austérité ne touche pas toute la population française. Elle s’avère implacable pour les plus faibles et bénéfique pour les plus riches.

9 avril 2015 : grève interprofessionnelle

Ça suffit ! par FEETS-FO

Nos organisations syndicales FO, CGT, FSU et Solidaires des MEDDE et MLETR se sont rencontrées ce jour, dans le cadre de l’appel à l’ensemble des salariés, du privé et du public, à une journée de grève interprofessionnelle le 9 avril prochain. Elles constatent que les politiques d’austérité (...)