Assurance chômage : la Macron économie pour les nuls

Revue de presse par  Michel Pourcelot

Une réforme drastique de l’Assurance chômage serait nécessaire selon le ministre de l’Economie Emmanuel Macron s’exprimant dans Le Journal du Dimanche du 12 octobre. Une déclaration, venant notamment après celle du Premier ministre à Londres, qui a déclenché un déluge de réactions dans les médias.

Libération
« L’Unédic, bouc émissaire de la crise. Généreux, déficitaire, laxiste ? Le régime d’assurance chômage est mis en cause par le gouvernement ». Notamment par le Premier ministre « qui avait lancé le débat, lundi à Londres, en estimant que la question du montant et de la durée de l’indemnisation du chômage devait être posée ». Surtout une nouvelle pierre posée dans le jardin des chômeurs.

Nice-Matin
Quand on grippe la croissance, on accuse les chômeurs. « Décidément, le rhume menace les chômeurs, car, au sommet de l’État, on souffle le chaud et le froid sur eux. Il y eut d’abord le ministre du Travail, François Rebsamen, appelant, début septembre, à renforcer les contrôles sur les demandeurs d’emploi ; puis Manuel Valls qui, lundi, affirmait qu’une réforme des règles d’indemnisation était nécessaire ». Une offensive médiatique qui précède une campagne hivernale : « pointer de plus en plus fréquemment les chômeurs comme un problème n’est pas innocent. Surtout à l’approche des négociations tripartites sur une nouvelle convention définissant les objectifs de Pôle emploi, dès fin octobre ».

Le Journal du Dimanche
Est-ce l’opinion qu’on travaille ? : l’interview « au JDD a bien été relue et chaque mot a été pesé. Selon Europe 1, "tout a été directement orchestré au plus haut niveau", le texte ayant été relu au plus haut niveau de l’État ». De la musique avant toute chose...

Le Figaro
« Avec cette méthode du vrai-faux couac, François Hollande trouve le moyen de rassurer les socialistes sur son positionnement idéologique tout en lançant des réformes d’inspiration libérale pour rassurer Bruxelles. Comme le note le Huffington Post, c’est le jeu du bon flic/mauvais flic : Hollande se place en gardien du temple socialiste en désavouant ses ministres et laisse au gouvernement le soin de jouer les iconoclastes et de mettre en musique les réformes ». Avec en fin de compte, les mêmes qui trinquent.

Challenges
D’autant qu’une réforme à la baisse « n’améliorera pas la situation sur le marché du travail et cela va empirer la situation des chômeurs », souligne Mathieu Plane, économiste de l’OFCE, pour qui la « vraie problématique, c’est que l’économie française détruit des emplois ». Bref, il est « normal que les résultats de l’Unédic soient mauvais en période de crise et le bon niveau d’indemnisation est utile à l’équilibre économique français ». Quant au déficit, « on reproche à l’assurance-chômage d’être déséquilibrée, ce n’est pas juste. L’équilibre financier du régime est calculé autour d’un taux de chômage de 8,5%. Ce curseur n’est pas très bas, le système n’est pas trop généreux ou trop dépensier. C’est normal de faire face à un déficit en période de chômage à 10%. Si cette réforme doit se faire, c’est quand l’économie redeviendra dynamique, avec un marché du travail tendu et un chômage faible ». Quand la courbe sera inversée et pas en faisant plier l’échine des chômeurs.

 Michel Pourcelot Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Assurance chômage – la suspension de la réforme doit porter aussi sur le rechargement des droits

Communiqué de FO par Michel Beaugas, Secteur Emploi - Assurance chômage - Formation professionnelle -

La confédération a pris connaissance du projet de décret confirmant la suspension jusqu’au 31 décembre 2020 de l’application de la « réforme » de l’assurance chômage, qui avait été imposée par le gouvernement en juin 2019 contre l’avis unanime des syndicats.

Chômage : des chiffres catastrophiques

Communiqué de FO par Michel Beaugas

Les chiffres du nombre demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi à fin août viennent de paraître et sont sans équivoque : ils sont très mauvais.

En effet, le nombre de demandeurs d’emplois inscrits en catégorie A, c’est-à-dire sans emploi, augmente de 1,4% sur un mois soit 50 200 personnes en plus.