Protection Sociale

Accidents du travail et maladies professionnelles : les moyens humains et financiers en discussion

, Françoise Lambert

Recommander cette page

L’INRS fait notamment des recherches sur les causes de troubles musculo-squelettiques (TMS). © Antoine DEVOUARD/REA

La conclusion de la convention d’objectifs et de gestion (COG) de la branche Accidents du travail et maladies professionnelles (AT-MP) de la Sécurité sociale est reportée.

La convention d’objectifs et de gestion (COG) de la branche Accidents du travail et maladies professionnelles (AT-MP) devait initialement être conclue entre la Sécu et l’État avant la fin janvier : elle ne sera finalisée qu’en février, voire en mars. La raison ? Des difficultés à s’accorder sur les moyens humains et financiers qui seront affectés par l’État à la branche et à ses satellites, pour les cinq prochaines années.

Soixante-cinq postes menacés à l’INRS

À l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), financé par la branche AT-MP, où 26 postes ont déjà été supprimés sur la période 2014-2017, on craint, selon nos informations, une réduction de 12% du budget et de 12% des effectifs sur les cinq prochaines années. Soixante-cinq postes sont dans le collimateur, avec le non-remplacement d’un peu moins d’un départ sur deux à la retraite.

FO demande des moyens à la hauteur des missions de la branche

FO partage les craintes des salariés de l’INRS, indique Ronald Schouller, président (FO) de l’INRS et premier vice-président de la commission des AT-MP au sein de la Caisse nationale d’assurance maladie. La COG doit donner à l’ensemble de la branche AT-MP, y compris à l’INRS et à Eurogip, les moyens à la hauteur de leurs missions, qu’il s’agisse de prévention, de réparation ou de tarification.

C’est d’autant plus important que l’intégration des trois millions d’indépendants du RSI [Sécurité sociale indépendants, NDLR] va apporter un surcroît d’activité à l’INRS et à la branche, insiste-il.

Réinsérer les salariés victimes d’accidents du travail

Parmi les priorités établies par les partenaires sociaux pour les AT-MP, figurent la poursuite de programmes de prévention sur les troubles musculo-squelettiques, les risques psycho-sociaux et la désinsertion professionnelle des salariés victimes d’accidents du travail ou de maladies professionnelles.

 

INRS et Eurogip : fiche d’identité
L’INRS et Eurogip sont des organismes paritaires, qui dépendent de la branche Accidents du travail - maladies professionnelles de l’Assurance maladie. L’INRS est spécialisé dans la recherche et l’information sur la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. 580 personnes y travaillent, chercheurs, médecins, juristes, formateurs ou spécialistes de l’information. Eurogip, 12 salariés, est un observatoire et un centre de ressources qui collecte et diffuse des donnés internationales et européennes (Eurostat) sur la santé au travail.