Attention à l’effondrement des hospitaliers

Communiqué FSPS par Services publics et de Santé

Article publié dans le Dossier Coronavirus / Covid19
© F. BLANC

Communiqué de la Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé Force Ouvrière

Crise sanitaire virale oblige, le ministre de la Santé Olivier Véran, vient à nouveau de prendre des mesures pour affronter le coronavirus.

Outre la mesure qui limite désormais à 1 000 personnes tout rassemblement hors grève et manifestation à titre dérogatoire, il y en a une qui laisse un goût amer à la Fédération des Services Publics et des Services de Santé Force Ouvrière (FO SPS) ; c’est le décret que vient de signer le ministre de la Santé. En effet, les hospitaliers pourront, sans limite, réaliser des heures supplémentaires alors que ce contingent a déjà été relevé de 180 h à 240 h par an, en 2019.

Apparemment insuffisant aux yeux de Monsieur Véran, celui-ci déplafonne les heures supplémentaires alors que les hospitaliers comptent des millions d’heures à récupérer et de nombreuses journées dans leur Compte Épargne Temps (CET). Pour autant les heures supplémentaires ne sont ni majorées financièrement ni en temps supplémentaire de récupération, à l’instar du secteur privé. Cerise sur le gâteau, les 2 autres versants de la Fonction Publiques ont des taux de monétisation du compte épargne temps majoré de 10 euros de plus par jour par rapport à la FPH !

Nous constatons de même, que le ministre n’a toujours pas répondu favorablement à la demande de Force Ouvrière de réunir dans l’urgence un CHSCT national extraordinaire afin de se préoccuper de la santé des agents, d’harmoniser les pratiques et de donner des instructions claires quant à la crise, et de trouver des solutions pour les effectifs.

En effet, la fédération FO-SPS exige du gouvernement que des moyens supplémentaires soient dégagés immédiatement.

Des mesures d’urgences sont nécessaires comme :

  • La suppression de l’objectif national des dépenses d’assurance maladie qui limite les dépenses de santé qui doivent être prises ;
  • L’impact financier de la crise du coronavirus sur les budgets hospitaliers doit rester neutre pour les hôpitaux. Un financement supplémentaire ciblé, doit être arrêté faute de quoi, à la fin de cette crise, ce sont les hospitaliers qui paieront la note par des contrats de retour à l’équilibre financier avec à la clé des suppressions de postes.

De plus, les hospitaliers, en raison de la dégradation continue de leurs conditions de travail, sont déjà au bord de l’effondrement. Pour preuve, un absentéisme plus important dans le secteur hospitalier qu’ailleurs et une fuite des professionnels toujours plus conséquente. FO-SPS tire la sonnette d’alarme car c’est peut-être l’épuisement professionnel des agents qui aura raison de l’Hôpital public et non le Coronavirus. La crise ne sera finalement qu’un révélateur s’il en fallait un, de l’état de déliquescence de nos hôpitaux.

Alors monsieur le ministre, sauvez-nous du virus mais pas sans :

  1. des effectifs supplémentaires ;
  2. une augmentation générale des salaires par le relèvement du point d’indice ;
  3. la reconnaissance de notre travail par la révision des grilles indiciaires ;
  4. l’arrêt des suppressions de lits et réouverture de lits partout où c’est nécessaire ;
  5. le maintien de notre régime de retraite (CNRACL) et l’obtention de la catégorie active pour tous.

Services publics et de Santé Secrétaire général

Tous les articles du dossier

L’hécatombe du Covid-19 parmi les personnes âgées : colère et indignation !

Coronavirus / Covid19 par Didier Hotte

Nos organisations de retraités expriment leurs plus vives appréhensions concernant le bilan humain et les conséquences de la crise sanitaire sans précédent, en particulier chez les personnes âgées. Alors que l’épidémie fait affluer les malades dans les services d’urgence, le matériel de protection des malades et du personnel fait défaut.

Pour FO, l’abandon de la réforme s’impose plus que jamais

Assurance chômage par Evelyne Salamero

Alors que le nombre de chômeurs augmente de façon vertigineuse, le ministère du Travail a annoncé lundi 27 avril vouloir engager une réflexion avec les partenaires sociaux pour adapter rapidement les règles d’assurance chômage face à la situation exceptionnelle découlant de la pandémie. Pour la confédération FO, la première chose à faire est d’abandonner définitivement la réforme de l’Assurance-Chômage entamée en novembre 2019 et qui réduit drastiquement les droits des demandeurs d’emploi. Une position qu’elle a d’ores et déjà largement défendue et qu’elle réaffirme lors de chaque visio-conférence hebdomadaire avec la ministre du Travail.

Covid 19 : des mesures exceptionnelles en faveur des salariés

Coronavirus / Covid19 par Clarisse Josselin

Extension du chômage partiel, explosion du télétravail, report de la réforme du chômage... Pour faire face aux conséquences économiques de l’épidémie de Coronavirus, l’exécutif met en place une série de mesures afin de permettre aux salariés de conserver l’essentiel de leur rémunération et d’éviter les licenciements.