Portrait

Au combat dans et hors les murs

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

Fadila Doukhi, 42 ans, est déléguée régionale à Nancy. Militante dans l’âme, elle lutte au quotidien pour défendre les droits des surveillants et l’égalité hommes-femmes.

« La pénitentiaire, je voulais y entrer depuis longtemps, j’ai fait des études de psychologie et de criminologie dans ce sens », explique Fadila Doukhi. Devenue surveillante en 2000, elle adhère à FO l’année suivante. « J’ai toujours été très engagée et le slogan “Libre et indépendant” me correspond bien, reconnaît-elle. Je suis rebelle et procédurière, je parle quand j’en ai envie, et quand je défends quelqu’un j’exige une réponse tout de suite. »

Elle passe huit ans au quartier des mineurs de Nancy, que la direction lui demande de repenser. À la fermeture de l’unité, en 2009, elle devient déléguée régionale à plein temps pour FO Pénitentiaire. Militante de terrain, elle rend visite aux agents agressés, distribue des tracts, alerte les médias, soutient les demandes de mutation.

« C’est dur d’être en permanence face à des situations de crise et de violence, mais c’est mon combat contre l’injustice », ajoute-t-elle. Elle se bat aussi contre la Révision générale des politiques publiques (RGPP) avec pour mots d’ordre la sécurité, les effectifs, les salaires et l’ouverture d’états généraux. Issue d’une profession très masculine, elle milite farouchement pour les droits des femmes. Référente départementale FO pour les questions d’égalité hommesfemmes, elle s’investit aussi de plus en plus au sein de son UD.