Au congrès la FNEC FP-FO : Près de 900 militants déterminés

Education nationale par Evelyne Salamero

Près de 900 militants représentant près de 400 syndicats FO des personnels de l’Enseignement, de la Culture et de la Formation professionnelle participent au XVIIIe congrès de leur fédération depuis lundi 14 octobre, à Clermont-Ferrand. Leurs travaux s’achèveront vendredi.

« Contre-réformes » spécifiques à leur secteur, mais aussi, et peut-être cette fois surtout, « contre-réforme des retraites » sont au cœur des débats des délégués, avec une préoccupation majeure exprimée par plus de 70 intervenants à la tribune : comment mettre en échec les mesures déjà appliquées et les projets du gouvernement ? Les délégués réfléchissent, dans le détail, à la meilleure façon de faire vivre la résolution du Comité confédéral national (CCN) des 25 et 26 septembre. Par celle-ci, maintes fois citée à la tribune ces 14 et 15 octobre à Clermont-Ferrand, la Confédération soumet la proposition de rejoindre, par un appel interprofessionnel, la grève unie des syndicats de la RATP et des transports à compter du 5 décembre prochain pour empêcher et mettre en échec le projet de réforme des retraites.

Passer des appels à l’organisation de la grève

De nombreux témoignages montrent que les responsables FO ont commencé le travail, avec une quantité impressionnante d’assemblées générales ou de réunions d’information syndicale déjà tenues dans les écoles, les collèges, les lycées, les services administratifs.

Mais, ont souligné Hubert Raguin, secrétaire général sortant de la fédération, et plusieurs intervenants, l’appel « formidable » du CCN et les appels des assemblées des personnels ne suffiront pas : il faut maintenant des assemblées générales où « les personnels organisent » la grève à compter du 5 décembre.

Passer des paroles aux actes. Concrètement. Telle est la volonté la plus frappante qui se dégage de ces deux premiers jours de débats et que les résolutions en cours d’élaboration et qui seront votées ce mardi 15 octobre en fin de journée vont très certainement mettre en avant. Comment entrer en contact avec les autres établissements ? Comment se coordonner ? Comment tenir financièrement ? Autant de questions posées par les personnels dans les assemblées générales et rapportées par les délégués à ce congrès. L’une d’entre eux, a ainsi expliqué comment, autour de ces questions et de la réflexion pour y répondre efficacement, s’est constitué dans son établissement, avec les organisations syndicales, un « comité de préparation de la grève ».

La détermination des délégués à mettre en échec le projet gouvernemental de système de retraite unique par points est visiblement renforcée par la conviction que gagner sur la réforme des retraites, c’est se mettre en position de gagner sur tout le reste, comme l’a résumé Hubert Raguin.

La défense du code des pensions, c’est la défense du Statut

Et ce « tout le reste » n’est pas rien. Réforme du lycée et du bac, loi « pour une école de la confiance », loi de transformation de la Fonction Publique, réforme territoriale, remise en cause de la formation professionnelle initiale et continue, conditions de travail dégradées à l’extrême du fait de toutes ces « contre-réformes » et du manque de moyens, avec notamment pour conséquence une multiplication des suicides…

Les revendications spécifiques, déjà exprimées à la tribune du congrès fédéral, vont encore être détaillées et débattues par les congrès ou réunions d’instances des syndicats nationaux (Instituteurs et directeurs d’école, personnels du secondaire, administratifs, Enseignement supérieur, personnels de direction, AFPA, médecins et infirmiers scolaires, Jeunesse et Sports…) qui se tiendront mercredi et jeudi, dans la même enceinte que le congrès fédéral, à la Grande Halle d’Auvergne de Clermont-Ferrand. Ce dernier suspendra donc ses travaux et reprendra vendredi pour une demi- journée de clôture consacrée à l’élection des instances fédérales.

Il ressort déjà du débat que la quasi-totalité des revendications découlent de la défense du Statut général de la Fonction publique. Ce Statut, dont le Code des pensions civiles et militaires qui garantit les retraites des personnels de l’Éducation nationale, comme de tous les fonctionnaires d’État, fait partie intégrante. Ce Code des pensions civiles et militaires que le projet gouvernemental de système de retraite par points entend faire disparaître, à l’instar des 42 régimes spéciaux existants. Visiblement, les délégués de la FNEC FP-FO réunis à Clermont-Ferrand n’ont pas l’intention de laisser le gouvernement boucler la boucle.

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Le congrès de la FNEC FP-FO « jette toutes ses forces » dans la préparation de la grève pour les retraites

Entre Militants par Evelyne Salamero

Elle a été sur toutes les lèvres du début à la fin. La « contre-réforme » des retraites a bel et bien été au cœur du 18e congrès de la fédération FO de l’Enseignement, de la Culture et de la Formation professionnelle (FNEC FP-FO), qui a réuni quelque 900 militants représentant plus de 400 syndicats du 15 au 18 octobre à Clermont-Ferrand.