Au lendemain d’une grève majoritaire dans les collèges, publication au JO de la réforme

Communiqué de la FNEC FP-FO - SNFOLC par Enseignement, Culture et Formation professionnelle

Une provocation Non, cette réforme, nous n’en voulons pas !

C’est un fait, en dépit de la campagne médiatique et du soutien forcené de l’UNSA et de la CFDT à la ministre, la grève était majoritaire dans les collèges hier. Le gouvernement a donc choisi le passage en force en publiant la réforme du collège ce matin.

Cette décision est une véritable provocation.

Le gouvernement le sait : c’est inacceptable. Les personnels sont indignés.

Dans la grève et les manifestations les enseignants étaient unis pour demander, « le retrait de cette réforme fondée sur l’autonomie des établissements et la multiplication des hiérarchies intermédiaires sous l’autorité du chef d’établissement et la reprise de discussions sur de nouvelles bases pour la réussite de tous les élèves » comme le revendique la plateforme intersyndicale SNFOLC, SNETAA-FO, SNES-FSU, SNEPFSU, CGT, SNALC, SUD.

La fracture entre les enseignants et la ministre est désormais ouverte.

La ministre s’inspire des méthodes du ministre Allègre qui il y a 15 ans en proclamant sa volonté de « dégraisser le mammouth » avait choisi l’affrontement avec les enseignants, provoquant une crise majeure dans l’Éducation nationale.

Aujourd’hui où veut-elle aller ?

Nous n’acceptons pas d’être taxés de conservateurs, partisans du statu quo parce que nous sommes opposés à une réforme qui serait désastreuse.

Nous n’acceptons aucune tentative de récupération de la part de ceux qui hier, à l’instar de L. Chatel, ont supprimé 80 000 postes et mis en place la réforme du lycée, fondée elle aussi sur l’autonomie.

Cette réforme coupe l’équivalent d’une demi année dans les horaires disciplinaires sous prétexte d’interdisciplinarité présentée comme le remède miracle. Elle remet en cause les horaires nationaux au nom de l’autonomie. Elle mettrait en place une hiérarchie intermédiaire de coordonnateurs au détriment de leur liberté pédagogique. Les enseignants seraient contraints à des réunions sans fin.

En réalité cette réforme mène au chaos, elle est inapplicable.

Cette réforme doit être retirée, les textes de la réforme abrogés.

Le SNFOLC a déposé un préavis de grève à partir du 19 mai.

Il appelle les enseignants des lycées et collèges à se réunir en assemblées générales dès aujourd’hui pour dire :

« Nous sommes unis avec nos syndicats SNFOLC, SNETAA-FO, SNES-FSU, SNEP-FSU, CGT, SNALC, SUD. Cette réforme nous n’en voulons pas : elle doit être abrogée ! »

Le SNFOLC participera à la réunion intersyndicale nationale demain matin pour décider des suites.

 Voir en ligne  : SNFOLC - Site internet

Sur le même sujet

Comment dix ans de réformes ont réduit le collège

Toute l’actualité par  Mathieu Lapprand

Ce devait être le grand projet du quinquennat de François Hollande, la jeunesse érigée en priorité nationale à travers l’engagement 36 de François Hollande : « Je créerai en cinq ans 60 000 postes supplémentaires dans l’éducation. » Hélas, trois ans après, seuls 3 856 postes (6 %) ont réellement été créés (...)

La mobilisation contre la réforme du collège est montée d’un cran

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero

La grève du 17 septembre pour l’abrogation de la réforme du collège a été plus importante encore que celle du mois de juin. Plus d’un tiers des professeurs ont cessé le travail (37 % au moins). Plusieurs établissements étaient bloqués à 70 %, 80 %, voire 100 %. Des milliers d’enseignants ont manifesté à (...)

Mobilisation réussie contre la réforme des collèges

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero

L’heure était une nouvelle fois à la mobilisation ce 19 mai. Plus de 50% des enseignants des collèges ont répondu à l’appel à la grève de six de leurs organisations syndicales (sur huit), à commencer par FO (deuxième syndicat dans le secondaire), contre le projet de réforme du collège. Les personnels territoriaux étaient également dans l’action, à l’appel de FO et de quatre autres organisations syndicales, exigeant notamment l’abandon du projet de réforme territoriale (loi Notre) ainsi que le retrait du pacte de responsabilité et du plan de réduction des dépenses publiques.