Au Royaume-Uni, les grèves de la colère 

InFO militante par Fanny Darcillon, L’Info Militante

© John HARRIS/REPORT DIGITAL-REA

Face aux prix de l’énergie et à l’inflation galopante, qui a atteint 10 %, le pays connaît sa plus grande mobilisation sociale depuis des décennies, mêlant de très nombreux secteurs dans une lutte pour la hausse des salaires.

Il aura fallu un deuil national pour que les grévistes acceptent de mettre, un temps, leurs revendications en attente. Des organisations syndicales représentant les postiers et les cheminots britanniques ont annoncé vendredi 9 septembre suspendre les grèves qui font rage dans le pays, par respect pour la mort de la reine Elisabeth II. Une pause qui cependant ne signifie pas la fin de la mobilisation. Depuis juin, les débrayages et protestations se multiplient, formant désormais le plus grand mouvement social depuis des décennies au Royaume-Uni.

La première fois depuis trente ans

Les dockers de Felixstowe, le plus grand port d’Angleterre pour le fret, ont déclaré la grève pour la première fois depuis trente ans. Le métro de Londres s’est retrouvé pratiquement paralysé, alors que la circulation des bus rouges à étage était elle-même très perturbée. Même les avocats se sont joints au mouvement ; et le secteur public s’apprête à vivre d’importantes grèves.

Ce mouvement n’est pas né cet été, il part de très loin, souligne Branislav Rugani, secrétaire confédéral du secteur international chez FO. Au sortir de la crise du Covid, quand le monde médical a constaté que rien n’avait changé, les soignants se sont révoltés. Puis ça a été les chemins de fer, puis le mouvement a pris de plus grandes proportions au moment de la crise énergétique. Si ces grèves ont toutes leurs particularités, elles se rejoignent sur un point : une demande salariale d’autant plus forte que le pouvoir d’achat est plombé par la hausse du prix des énergies, et plus largement par l’inflation galopante. Supérieure à 10 % en juillet, sur un an l’inflation menace d’atteindre 13 % en octobre.

Les salariés  sont en position de force, analyse Branislav Rugani : il y a plus d’offres d’emploi que de chômeurs. La mobilisation a déjà apporté des victoires : deux filiales du groupe de bus Stagecoach ont accordé une hausse de salaire de 13 %.  Le Congrès des syndicats (TUC), qui a commencé dimanche, vise à préparer la grève générale. La construction d’une mobilisation avec convergence public-privé est d’actualité.

Sur le même sujet

Vague de grèves au Royaume-Uni

Europe par Evelyne Salamero

Alors que le nombre de jours de grève a augmenté d’un tiers d’octobre 2015 à octobre 2016 et que le gouvernement britannique a durci la législation sur le droit de grève en mai dernier pour tenter d’endiguer cette vague de mécontentement, les conflits se multiplient en cette fin d’année.