Augmenter les salaires, préserver le service public

Tract

FO réaffirme la nécessité d’engager la mobilisation à tous les niveaux permettant de créer le rapport de force interprofessionnel, y compris par la grève, et invite les syndicats à organiser les assemblées générales en ce sens.

La crise actuelle et le mouvement des « gilets jaunes » sont le produit des politiques économiques et sociales menées depuis de nombreuses années privilégiant les revenus du capital au détriment du pouvoir d’achat des salariés et retraités, de la protection sociale et des services publics.

A cela se sont ajoutées les réformes du code du travail, loi travail et ordonnances, détruisant les droits des salariés et affaiblissant la représentation syndicale et la négociation collective.

Pour une augmentation du Smic !

Les annonces récentes du Président de la République et du gouvernement ne répondent pas à la revendication d’une véritable revalorisation du Smic et de la valeur du point d’indice dans la Fonction publique.

FO revendique de porter le Smic à 80% du salaire médian, soit 1 450 € net.

Pour une augmentation générale des salaires !

FO réaffirme l’urgence d’une augmentation générale des salaires, pensions et retraites, minimas sociaux, tant dans le privé que dans le public, face aux pertes de pouvoir d’achat subies et accumulées depuis la crise de 2008 par les salariés.

Pour une revalorisation des retraites !

FO affirme l’urgence d’une augmentation générale des retraites et pensions.

Pour la généralisation de la prime transport !

Pour FO, il est nécessaire et urgent d’ouvrir des négociations permettant la généralisation de la prime transport et l’augmentation de l’aide à la mobilité pour les demandeurs d’emploi.

Pour l’application de la prime exceptionnelle à tous !

Pour FO, cette prime doit s’appliquer à tous et ne peut être un acompte sur de futures augmentations.

Pour un service public doté des effectifs et moyens indispensables !

FO appelle à l’arrêt de toute suppression de services publics de proximité (école, bureau de poste, trésorerie, hôpital, maternité, …) et réaffirme la nécessité d’un réel débat sur les besoins et les financements nécessaires. Il faut un service public de proximité doté des moyens et effectifs indispensables, accessible à tous.

Pour une réforme fiscale redistributive !

FO conteste le transfert des cotisations sociales sur la CSG, véritable détournement du salaire différé au détriment de la protection sociale.

FO réaffirme sa revendication d’une réforme fiscale restaurant une progressivité réelle de l’impôt, permettant une redistribution effective des richesses, essentielle au financement du service public et à la réduction des inégalités.

FO apporte son soutien aux syndicats engagés dans des négociations, actions et grèves sur leurs revendications, et appelle les syndicats FO à agir dans les entreprises et au niveau des branches pour l’obtention d’une augmentation générale des salaires.

 

Avec FO, je revendique l’augmentation générale des salaires

 

2018_19_decembre_tract_fo_augmenter_les_salaires_preserver_le_service_public-2.pdf

Sur le même sujet

Déclaration de la Commission exécutive de FO du 13 décembre 2018

Communiqué de FO par Yves Veyrier

La Commission exécutive confédérale, réunie le 13 décembre 2018, considère que la crise actuelle et le mouvement des « gilets jaunes » sont le produit des politiques économiques et sociales menées depuis de nombreuses années privilégiant les revenus du capital au détriment du pouvoir d’achat des salariés et retraités, de la protection sociale et des services publics.

Le temps de la négociation sociale indispensable est arrivé

Emploi et Salaires par FGTA-FO

A l’heure où nous rédigeons ces lignes, la situation semble inextricable, les images sont terribles et les demandes exposées par les Gilets Jaunes, bien que justifiées et légitimes, manquent de lisibilité par les contradictions affichées.
Les violences exercées troublent les consciences. Ce qui en (...)

Résolution du Comité confédéral national 27 & 28 mars 2019

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Réuni, à Paris les 27 et 28 mars, le Comité Confédéral National réaffirme son attachement à « l’indépendance absolue à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et, de façon générale, son irréductible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical » (préambule des statuts de la cgt-Force Ouvrière).