Automobile : les vrais enjeux

Actualités par Métaux

Comite strategique de la filiere automobile a Bercy
Come SITTLER/REA

La réunion du CSF (comité stratégique de filière) automobile du 26 avril 2021, consacrée à l’avenant au contrat de filière, a permis à FO Métaux de faire valoir ses analyses sur l’avenir du secteur et d’exprimer plusieurs revendications, notamment la nécessité de maintenir les fonderies.

Au-delà des questions évoquées lors de ce CSF, notre organisation a rappelé que ce n’était ni plus ni moins que la survie de la filière automobile en France qui est aujourd’hui en jeu. A peine un véhicule sur cinq vendu dans l’Hexagone y est actuellement produit, contre un sur deux au début du millénaire. En parallèle, les effectifs de l’industrie automobile n’ont cessé de fondre et il est plus impératif que jamais de conserver un seuil critique sur ce point, sauf à vouloir laisser la France disparaître de la scène automobile mondiale. FO Métaux a d’ailleurs rappelé que si la crise que nous traversons devait aussi à la pandémie, à la transition écologique et à des normes européennes toujours de plus en plus drastiques, la politique de délocalisation des constructeurs menée au cours des deux dernières décennies avait lourdement pesé.

Refusant le fatalisme qui voudrait que les segments les plus vendus, comme celui des citadines, soient systématiquement produits à l’étranger, notre organisation a plaidé pour du « fabriqué en France », soulignant qu’il ne s’agissait là que d’un des aspects de la nécessaire politique de relocalisation de la production sur notre territoire. A cet égard, FO Métaux a renouvelé sa proposition de mettre en place un observatoire paritaire de la filière automobile qui soit véritablement un lieu où les questions de stratégie industrielle puissent faire l’objet d’une réflexion en profondeur partagée entre les différents acteurs de la filière, constructeurs, sous-traitants, pouvoirs publics et syndicats.

Enfin, notre organisation, après avoir souligné le rôle clé de la formation et de la transformation des compétences, au cœur du contrat de filière, a insisté sur l’importance de faire des salariés les acteurs de leur propre évolution plutôt que de leur faire subir. L’industrie est notre meilleur atout pour l’emploi, et la filière automobile, qui fait face aujourd’hui à la plus importante crise de son histoire, doit être au cœur des stratégies de soutien et de souveraineté industrielle à venir.

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

Automobile : des dizaines de milliers d’emplois à sauver

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero

La crise sanitaire a frappé de plein fouet une industrie automobile déjà mal en point avant la pandémie. L’enjeu est colossal. Le secteur compte 400 000 salariés chez les constructeurs et équipementiers et 500 000 de plus dans la branche des services de l’automobile (concessionnaires, garages, recycleurs… ).

Négociation salariale sous tension chez Valeo

Toute l’actualité par Jamel Azzouz

Avec un chiffre d’affaires en progression de 9%, une réduction de la dette de 52% et un bénéfice net de 18% en 2013, le groupe Valeo va si bien que, le 21 février dernier, lors de la présentation de ces résultats, le directeur général de l’équipementier automobile français, M. Aschenbroich, a affirmé (...)