Avec FO, elle lance une dynamique syndicale dans son lycée

Portrait par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

© F. BLANC

Malika Lebsir-Halabi, 58 ans, est éducatrice de vie scolaire dans un lycée privé près de Maubeuge (Nord). Lors des élections professionnelles d’avril 2019, cette battante a propulsé FO en tête des voix, détrônant la CFTC. Elle a été désignée secrétaire du CSE.

Dans mon bahut, la CFTC était majoritaire depuis vingt ans, je les ai détrônés, se réjouit Malika. Elle est éducatrice de vie scolaire au lycée Théophile-Legrand de Louvroil, l’équivalent de conseiller principal d’éducation (CPE) dans l’enseignement public. On s’occupe de toute la vie scolaire et on fait l’interface entre les profs, la direction, les élèves et les parents, explique-t-elle.

Entrée dans la vie active en 1979, ce n’est qu’en 2002 qu’elle a poussé la porte de l’union locale FO de Maubeuge. J’ai eu un souci avec ma hiérarchie, je devais répondre par courrier mais je ne voulais pas faire n’importe quoi, explique-t-elle. Mon frère m’a conseillé d’aller à FO. À l’époque, je n’y connaissais rien. Là, un camarade passe deux heures sur son dossier puis lui parle du syndicat. J’ai posé quelques questions, j’ai pris ma carte et je me suis tout de suite impliquée, ajoute-t-elle. Maintenant, j’ai FO dans la peau. C’est le syndicat qui me correspond le plus. Moi aussi je suis libre et indépendante.

Elle est désormais déléguée syndicale, conseiller du salarié et secrétaire générale adjointe de l’UL de Maubeuge, où elle tient des permanences.

Pour les élections professionnelles, son lycée est regroupé avec d’autres établissements au sein d’une structure qui compte 2 400 élèves, scolarisés de la maternelle à l’enseignement supérieur. Les personnels représentent 270 votants (agents administratifs, enseignants…).

Lors du précédent scrutin, Malika avait remporté 18 % des voix. Seule élue FO face à la CFTC, elle avait obtenu un poste de DP. Dans les quatre ans qui ont suivi, je me suis bougée, j’ai monté des projets, j’ai cherché les réponses aux questions qu’on me posait, poursuit-elle.

FO remporte 6 sièges sur 10

Pour l’élection CSE d’avril 2019, elle a de nouveau monté des listes. Pour le deuxième collège, j’ai débauché toutes les têtes pensantes de la CFTC, les profs bien implantés dans les différents établissements, se félicite-t-elle. Je leur ai dit qu’avec FO on allait lancer une dynamique. La CFTC s’est retrouvée le bec dans l’eau, elle a été prise de court pour monter sa liste dans ce collège.

Au premier tour, FO a remporté dans le premier collège les deux sièges de titulaires et un siège de suppléant, l’autre allant à la CFTC. Dans le second collège, le quorum n’a pas été atteint, à six voix près. Au deuxième tour, les anciens de la CFTC ont présenté une liste sans étiquette.  Ils ont fait campagne contre moi, déplore Malika. Mais j’ai été stratège, moi aussi j’ai présenté une liste sans étiquette. Chacune des deux listes a obtenu quatre sièges de titulaires et quatre sièges de suppléants.

Cette réussite, c’est aussi grâce aux formations syndicales que j’ai suivies, elles sont très importantes, ajoute Malika. Nommée secrétaire du CSE, elle a des projets plein la tête, dont certains déjà réalisés, comme offrir un panier garni à tout le personnel pour Noël.

Surnommée « la tornade » pour son dynamisme, Malika est aussi très investie dans la vie associative locale, notamment dans le domaine social. Cet hiver, on pourra par exemple l’apercevoir distribuant bénévolement de la soupe sur le marché de Noël de Maubeuge.

Sur le même sujet