Avec la loi Travail : les apprentis mineurs seraient beaucoup moins protégés

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero

L’employeur ne serait plus obligé d’obtenir une autorisation préalable pour faire travailler des mineurs de moins de dix-huit ans au-delà du temps légal.

Le code du travail stipule que les apprentis de moins de 18 ans ne peuvent être employés à un travail effectif plus de huit heures par jour, ni plus de 35 heures par semaine.

Le texte actuel prévoit que l’inspection du Travail puisse accorder des dérogations à l’employeur (dans la limite de cinq heures par semaine) après avis conforme du médecin du Travail.

Selon l’avant-projet de loi, cette autorisation préalable de l’Inspection du travail et de la médecine du travail ne serait plus nécessaire. Il suffirait que l’employeur « informe » l’inspecteur du Travail et le médecin du Travail.

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Travail, impôts, santé, conso : ce qui change en 2018

Nouvelle année par Nadia Djabali

De nombreuses mesures sont entrées en vigueur le 1er janvier 2018. Des onze vaccins obligatoires à la hausse du prix du gaz et des timbres en passant par l’impôt sur la fortune immobilière, la mise en place de dispositions des lois Sapin 2 et El Khomri sans oublier les ordonnances réformant le Code du travail. Inventaire non exhaustif.

Jean-Claude Mailly invité de Sud Radio

Sud Radio | Le grand show de l’info - Mercredi 16 septembre 2015 par Jean-Claude Mailly

La question de la remise en cause des 35 heures était au programme ce mercredi 16 septembre dans « Le grand show de l’info » avec comme invité Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière. « Le grand show de l’info », une émission présentée par Cyril Brioulet, tous les jours à partir de 17h sur (...)

Le combat contre la loi Travail est loin d’être terminé

Emploi et salaires par Clarisse Josselin

La loi Travail, adoptée sans vote par le Parlement le 21 juillet, a été promulguée le 8 août. Pour FO, la bataille se poursuit : dans la rue le 15 septembre, au cours de meetings et sur le terrain juridique. Les organisations syndicales et de jeunesse se retrouvent ce 31 août pour décider des actions à mener.