[Bande dessinée] Roi des Mapuche

Culture par Christophe Chiclet, L’Info Militante

Cette BD raconte une histoire hors du commun. Celle d’un homme européen qui a fait de la colonisation « à l’envers », apportant la liberté aux Indiens de Patagonie. Une histoire vraie, qui plus est !

Christophe Dabitch, ancien journaliste, est un scénariste de bandes-dessinées, mais aussi écrivain et romancier prolifique. Il a le chic pour trouver des personnages non seulement complètement atypiques et qui plus est ayant existé : une ex-bonne sœur exerçant d’autres talents dans les maisons closes de Paris, un doux dingue ayant fait le tour du monde à pied… L’écrivain a aussi dénoncé les méfaits de la colonisation, tant en Indonésie avec les Hollandais, qu’en Afrique sahélienne avec les Français [1]. Il a aussi participé à un livre illustré avec Amnesty international sur la tragédie des migrants.

Cette fois-ci, il part à la rencontre d’Antoine de Tounens, aventurier français qui est devenu roi des Mapuche en Patagonie, à l’extrême sud du continent américain. Cette région, les Conquistadores espagnols n’ont jamais pu l’occuper, tant la résistance des Mapuche a été importante. Mais avec les indépendances latino-américaines, les autorités chiliennes et argentines l’investissent et tentent de briser les Mapuches, non sans difficulté. À noter que la Patagonie ne sera coupée en deux (Chili-Argentine) par traité international qu’en 1902, sous l’égide du Royaume-Uni.

Un drôle d’avoué

Antoine de Tounens (1825-1878) est un petit avoué à Périgueux, fils de boucher, membre de la loge « Les Amis Persévérants », au Grand Orient de cette ville. L’homme a envie de grand large. En 1860, n’aimant guère le Second empire, il s’embarque pour le Chili. Deux ans plus tôt, les Mapuches, en pleine guerre contre les occupants chiliens et argentins (en Araucanie et Patagonie) rêvent d’un sauveur, d’un messie…

Le chef de la résistance, Magnil, voit dans ses rêves l’arrivée du Cherbubue (le messie des Mapuches). Hasard de l’histoire, de Tounens voulait connaître les peuples indigènes du sud du Chili. En 1860, il rencontre Kilapan, le fils de Magnil. Ce dernier voit en lui le Cherbubue et le désigne roi des Mapuche.

Tounens se prend au jeu et s’autoproclame roi d’Araucanie et de Patagonie, sous le nom d’Antoine-Orllie Ier, créant un drapeau, battant monnaie, publiant une constitution, et affrontant les troupes chiliennes pendant deux ans. Non seulement il n’a pas voulu imposer la culture et la religion des blancs-européens aux Indiens, mais il les a aidés dans leur lutte contre le colonialisme.

Arrêté par les troupes chiliennes en 1862, emprisonné, jugé, il est renvoyé en France, considéré comme fou. Quelques années plus tard il organisera une deuxième expédition pour aider « son » peuple à retrouver sa liberté.

Cette deuxième épopée, qui sera un échec, sera l’objet du tome II à paraître l’an prochain.

Christophe Dabitch (scénario), Nicolas Dumontheuil (dessin) : « Roi des Mapuche », ed Futuropolis, 2021, 88 p., 17€.

Christophe Chiclet Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Notes

[1 Mécaniques du fouet, Le captivé, Jéronimus, La colonne.

Sur le même sujet

Festival d’Angoulême 2017 : un monde en ébullition

Bande dessinée par  Michel Pourcelot

Cette 44e édition de l’un des plus grands festivals de BD du monde (26 au 29 janvier) rassemble le gotha du genre et célèbre des classiques du neuvième art (Mickey, Gaston Lagaffe, Will Eisner, Valérian). Cela n’aura pas été sans mal après un bras de fer avec les puissants éditeurs, laissant bien des auteurs sur le carreau de la mine de crayon.